ACTEVI … Touche pas à mon ciel


UNE TOUR EN CENTRE-VILLE

Nous vous invitons à lire l’article paru dans le Parisien du 20 juin 2008

UNE TOUR EN CENTRE-VILLE dans informations generales pdf parisien200608.pdf


LE CONSEIL D’ADMINISTRATION D’ACTEVI EN ACTION

 

Une dizaine de personnes se réunissent une fois par mois. Il y a là votre président, le vice-président, la secrétaire, le trésorier et d’autres membres aux compétences diverses. Chacun a à cœur d’apporter ses connaissances, sa réflexion et les informations qu’il a pu recueillir.

lire la suite »


L’ OPERATION  » ZAC COEUR DE VILLE  »

Une première présentation du projet d’aménagement de la ZAC Cœur de Ville d’Issy-les-Moulineaux à l’emplacement actuel du CNET a eu lieu lors d’une réunion de l’atelier d’urbanisme d’Issy le 26 mai 2008.

M. Christophe Provot, Maire-Adjoint, a indiqué les principaux éléments de cahier des charges retenus par la municipalité pour cette opération :
• Souhait des habitants et des commerçants d’un centre commercial en centre ville ;
• Demandes récurrentes des isséens d’espaces verts supplémentaires;
• Maintien de France Télécom/Orange sur les lieux sans déménagement pendant les travaux ;
• Renouvellement du PACI qui ne répondrait plus aux besoins (NDRL : rappelons que la Ville vient d’y dépenser pour 1,35 millions d’euros de travaux !);
• Pas d’investissement de la Ville ( le nouveau PACI et les parkings publics seraient cédés à la Ville pour 1 € en échange du droit de construction des autres bâtiments).

M. Chambiaretta, architecte-urbaniste a présenté les grandes lignes du projet
• Une tour de 170 m de hauteur (vous avez bien lu !) avec 36 étages et 62 000m2 de bureaux (architecte pressenti : Jacques Ferrier) de base triangulaire (avec des côtés en léger arc de cercle) dont un angle se situerait de plain-pied au niveau du rond-point Victor Hugo (à la place de l’actuelle cantine du CNET).
• Un centre commercial (type les Passages de Boulogne) (32000 m2) avec entrée monumentale à l’angle Vernet – Gal Leclerc et terrasses végétalisées en escaliers prolongeant l’espace vert décrit ci-après.
• Le nouveau PACI (salle de 1000 places) à l’angle des rues Victor Hugo et Général-Leclerc;
• Un espace vert d’un ha environ, de type « mini coulée verte » pour piétons de la Place de la République à la rue Victor Hugo (entre la tour et l’ensemble Centre Commercial / nouveau PACI) .
• Pas de logements sur la ZAC Cœur de ville (8000m2 de logements seraient créés à l’emplacement actuel du PACI).
• 1200 places de parkings souterrains.
• Construction en 3 phases : 1) la tour puis 2) l’espace vert puis 3) le centre commercial/nouveau Paci.

Les premiers commentaires d’ACTEVI sont les suivants :

1- Ses promoteurs indiquent que le projet présenté résulte d’importants travaux menés depuis 2004 et laissent entendre qu’il s’agit d’un projet abouti ne laissant place qu’à des aménagements de détail. Actevi considère que la concertation doit porter également sur les fondamentaux du projet.

2- Actevi , comme cela a déjà été exposé publiquement (voir propositions d’ACTEVI) n’est pas opposée par principe aux tours mais estime que leur implantation n’est pas possible partout.

3- Actevi fait valoir que la juxtaposition d’une immense tour et d’un espace vert risque d’altérer gravement la cohérence du projet. En effet, les perturbations aérologiques (génération de violents courants d’air) provoquées localement par la tour pourraient rendre l’espace vert complétement inhospitalier. Les promoteurs du projet n’ont pas fourni de réponse convaincante à cette objection.

4- Actevi demande qu’une étude d’impact de la tour sur l’environnement et les habitants actuels du quartier (aérologie, ombre portée, perturbations électromagnétiques, …) soit conduite en toute transparence par des experts indépendants.

5- Une variante à base d’immeubles de 27 m de haut (6 étages) aurait été étudiée et rejetée au motif qu’elle aurait eu trop d’emprise au sol et que cela n’aurait notamment pas permis l’espace vert. Actevi fait remarquer que la marge entre 27 m et 170 m est considérable et souhaite que des variantes d’ampleur intermédiaire et autres que des contre-projets repoussoirs tels que des « petites tours trapues » ou des « barres de 12 étages sur 100 m de large » soient étudiées sérieusement. Actevi est convaincue que d’autres solutions élégantes et efficaces sont possibles.

6- Actevi souhaite rappeler que l’idée d’attirer les voitures en centre-ville date du 20ème siècle, pas du 21ème siècle. A l’heure des économies d’énergie, de la lutte contre la pollution et les embouteillages, Actevi s’interroge, s’inquiète et pense qu’à l’heure d’aujourd’hui l’idée d’une tour avec de nombreux parkings en plein centre ville est ANTIECOLOGIQUE.

7- Le centre commercial doit également faire l’objet d’un débat, notamment sur la nature des commerces implantés et sur son impact sur la vie du quartier (livraisons, apport de trafic automobile supplémentaire, …)

Nous remercions la municipalité d’avoir au sein de l’Atelier d’Urbanisme, ouvert ce débat. Actevi continuera d’y participer activement et dans un esprit constructif mais en insistant pour que les conclusions n’en soient pas prédéfinies car toutes ces réalisations vont impacter Issy sur le très long-terme.


POUR UNE DEMOCRATIE PARTICIPATIVE

Les élus subissent trop souvent la concertation comme une corvée. Pourtant, si celle-ci est menée avec méthode, transparence, équité, elle peut constituer une chance de rendre les décisions plus judicieuses, plus consensuelles et plus légitimes. Le rôle des associations n’est pas de « décider à la place des élus », et, inversement, le rôle des élus n’est pas de « faire le bonheur des gens malgré eux ». Les élus peuvent s’appuyer sur l’intelligence collective et le débat contradictoire pour élaborer des décisions conformes à l’intérêt général. Leur rôle est de veiller à ce que tous les intérêts (y compris ceux des minoritaires) soient représentés dans le débat, afin d’éviter les effets de lobby. Ils ne devraient trancher par eux-mêmes que lorsque les acteurs de la concertation ne parviennent pas à un consensus. Alors les élus argumentent leur décision et expliquent sur quelle conception de l’intérêt général elle se fonde. Pour que la concertation fonctionne, il lui faut des outils : il y en a deux.

1/ Créer un Comité Permanent de Concertation (CPC) 

Instaurés à Paris Rive Gauche et aux Halles, ces Comités ont contribué à l’amélioration de ces projets. Un dispositif équivalent a été mis en place à Paris Nord Est. ACTEVI demande qu’un CPC soit crée pour toute opération d’aménagement relativement importante, notamment pour les grands projets de la ville. Il doit comprendre : un bureau permanent, dans lequel siègent des associatifs, définissant les thèmes et le calendrier ; un système d’information avec mise en ligne de tous les documents ; des comptes-rendus détaillés des réunions ; une entité garante (un élu et une autre personne) veillant au bon fonctionnement de la concertation ; un local de réunions (qui manque cruellement à Issy les Moulineaux).

2/ Les « conseils de quartier » 

ACTEVI souhaite que l’on passe à la « 2ème génération ». Il s’agit de généraliser les meilleures pratiques observées, sans empêcher les conseils de quartier d’aller encore plus loin dans leur pratique démocratique. En particulier, les conseils de quartier n’ont rien à gagner à n’être présidés que par un élu. Ils doivent être également chapeautés par un représentant d’associations et un habitant du quartier concerné. Ensemble, ils doivent définir l’ordre du jour et, après chaque conseil, établir un compte rendu faisant état des actions communes, publiques et privées, entreprises et à entreprendre.

Ce compte rendu doit ensuite être ventilé dans les différents services concernés de la municipalité, qui, après en avoir étudié chaque point, et après en avoir délibéré, devra déployer les moyens techniques, juridiques et financiers nécessaires à la réalisation de ces décisions.

Enfin, dans le mensuel de la ville « Point d’Appui », il devrait y avoir une rubrique « Conseils de Quartiers » où l’on pourrait lire l’ordre du jour des prochains conseils, les comptes rendus des derniers conseils et les décisions prises par la municipalité à l’issue de ces réunions.

Il est indispensable que les isséens soient acteurs dans leur ville et qu’ils participent aux grands projets, au travers d’une réelle concertation : exigeons-la !

Soyons vigilants ! Une enquête publique doit avoir lieu cette année sur l’aménagement de la ZAC Centre Ville. Ce sera le moment de se mobiliser et de faire savoir si oui ou non nous voulons d’une tour !


IL Y A ESPACE VERT ET ESPACE VERT …

Le projet de réaménagement du Fort d’Issy entraîne bien des interrogations et des inquiétudes à cause d’un manque de transparence et de concertation alors qu’il pourrait être porteur d’un grand potentiel d’opportunités.

Aujourd’hui, évoquons les espaces verts.

Dans le Point d’Appui d’avril 2008, il est affirmé que « le Fort va être rendu aux isséens avec 4,5 ha d’espaces verts« .
Nous nous réjouissons de l’ annonce d’un accès public au chemin de ronde permettant de bénéficier d’une vue magnifique. C’est une excellente nouvelle.

IL Y A ESPACE VERT ET ESPACE VERT ... dans informations generales Fort_Futur_2 3d dans informations generales

Par contre, nous sommes inquiets au sujet des 4,5 ha d’espaces verts annoncés. Si l’aménagement du Fort est la dernière opportunité d’offrir aux habitants des Hauts d’Issy un parc qui leur fait cruellement défaut, les quelques illustrations du projet présentées ici et là ne sont guère rassurantes quand on les observe attentivement. On voit quelques pelouses parsemées, des jardins privatifs, quelques arbres mais pas de vrai parc où adultes et enfants pourraient se détendre et se dépenser en toute sécurité (voir l’illustration agrandie).

Selon wikipedia, pour être qualifié d’espace vert, « un site doit répondre à plusieurs critères informellement définis, mais qui semblent consensuels. Par exemple, il doit être assez grand, être ouvert au public et facilement accessible (un rond-point fleuri n’est pas un espace vert) à pied et généralement en vélo mais non aux engins motorisés. Il est « bien » entretenu et ne doit pas présenter de dangers pour les usagers, enfants en particulier ».

Mais, pour bien des aménageurs souhaitant valoriser artificiellement leur projet, le calcul des surfaces qualifiées d’espaces verts est loin d’être basé sur cette définition. C’est ainsi que beaucoup de promoteurs utilisent la méthode dite de  » l’ espace vert vu d’avion  » ! Ainsi, un jardin privatif au rez-de-chaussée d’un immeuble, une terrasse d’immeuble végétalisée, un rond-point fleuri, un cimetière sont comptabilisés comme autant d’espaces verts. Avec ce mode de calcul, un morceau de route bitumé mais surplombé par le feuillage d’un arbre est même considéré comme un espace vert ! Et pour arriver à un chiffre attrayant en apparence, ils agrègent m2 par m2 des espaces morcelés !

D’où notre interrogation : que sont précisément les 4,5 ha d’espaces verts annoncés pour l’aménagement du Fort ? ACTEVI rappelle que c’est la dernière opportunité de création d’un VRAI PARC (non morcelé et d’au moins 3 ha) facilement accessible aux habitants des Hauts d’Issy. Cela répond à un réel besoin.


1...3334353637...47

association Tafedna pour le... |
La Tour de Merlin |
leroy vous donne la bien ve... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Association Itineraire Sud
| Area 51'est
| Association D'Char