Issy les Moulineaux – Ville polluée

Posté par touchepasamonciel le 14 février 2017

Issy fait partie des villes des Hauts-de-Seine qui possèdent un nombre de m2 d’espaces verts publics par habitant correspondant à une ville très urbanisée , 8,3 m2 par habitant d’après les statistiques de la mairie. Mais les statistiques de l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d‘Ile de France sont beaucoup moins favorables. Selon les chiffres de 2012, les espaces ouverts artificialisés ne représentent que 54,59 ha comprenant les espaces verts urbains, les espaces ouverts à vocation de sport et les cimetières. Si l’on retranche les terrains de sport et le cimetière, les espaces verts urbains occupaient 42,73 ha. Pour une population d’environ 65 000 habitants en 2012, le ratio était donc d‘ environ 6,5 m2. (il s’échelonne à travers la France de 3 à 60 m2 par habitant). On n’imagine pas qu’il ait pu augmenter depuis cette date malgré la densification.

Constatons d’ailleurs que ces espaces verts urbains ouverts au public n’appartiennent pas tous à la commune : le parc de l’ile Saint Germain appartient au département et le parc Jean-Paul II au séminaire.

 

GPSO

Carte de GPSO parue dans Point d’Appui, janvier 2017

La municipalité fait valoir en outre de petits espaces verts disséminés dans les quartiers, les jardins et espaces privés : le ratio par habitant passerait ainsi à 16,4 m2. On ne peut que souhaiter que ce chiffre soit exact.

Les espaces verts influent sur la pollution et sur la santé des habitants. Ils sont donc très nécessaires et malheureusement insuffisants à Issy.

On constate que pour se rendre dans l’un des parcs, il faut traverser des rues et des carrefours à l’atmosphère de plus en plus irrespirable, et ce, quel que soit le quartier, entre les bords de Seine et l’avenue principale (de l’avenue Ernest Renan à l’avenue de Verdun). Alors, quel est le bienfait quand on a fait un petit tour dans un des parcs? Après avoir respiré un peu, on doit retraverser la ville et se re-remplir les poumons d’air vicié ! Où est la trame verte et bleue ?

Destruction de rangées d’arbres en bordure de Seine:

  DSC00030

Avant …

IMG_20161110_130403

Après…

Que respire-t-on à Issy ? Que respirent nos enfants ? Quel avenir pour la santé des habitants?

Issy, c’est presque Paris, avec en plus une usine d’incinération des ordures ménagères, des hélicoptères, une circulation très dense, des travaux à l’infini. Quand on sait que la pollution de l’air provoque le cancer et des maladies cardio-vasculaires et respiratoires, entre autres, on peut s’inquiéter sérieusement pour la santé des populations.

On y constate aussi de plus en plus de poussière dans les appartements et les maisons. Certains habitants sont même obligés de limiter l’aération de leur appartement ! Cependant, on peut noter une différence au niveau de la pollution atmosphérique lorsque ‘on monte vers les quartiers hauts où l’air semble plus respirable. Jusqu’à quand? Ces quartiers pavillonnaires demeurent plus ou moins en péril et les habitants doivent rester vigilants. Là ausi, l’urbanisation due aux futures gares guette les petites maisons!

 Pourquoi la ville est-elle si polluée ? Et de plus en plus malgré les initiatives de la mairie?

La mairie communique beaucoup sur les actions diverses qu’elle mène au niveau de la biodiversité : préservation des espaces verts et des arbres remarquables ainsi que des jardins familiaux partagés, protection des oiseaux, implantation de moutons, ruches et hôtels à insectes, valorisation des déchets, éducation des enfants des écoles au développement durable, modes de transports durables, etc. Elle se valorise aussi sur son engagement dans le cadre de la COP 21 et du changement climatique : “Issy n’a pas attendu la COP 21 pour améliorer de façon durable le cadre de vie des Isséens” (In Dossier “Issy engagée pour notre planète”, Point d’Appui, janvier 2017).

La ville est également fière des prix qu’elle a reçus récemment : 1) le trophée ‘Programme durable 2016′ pour ses programmes immobiliers du Pont d’Issy, octroyé par un groupe d’information de professionnels de l’immobilier, et 2) le prix spécial COP 22 pour l’Ecoquartier du Fort d’Issy dans la catégorie ‘Smart City’. Il faut noter ici cependant que les technologies utilisées pour les smart cities -smart grids ou réseaux intelligents- n’ont pas encore fait leurs preuves au niveau rendement et qu’une autre pollution, par les ondes électromagnétiques, risque de s’ajouter à la pollution atmosphérique et aux problèmes de santé des citadins.

Cependant, l’urbanisation intensive de la ville se poursuit. De nombreux arbres continuent d’être arrachés au gré des projets. Quelques variétés d’arbres sont replantées ici et là mais cela prendra des années avant qu’ils ne deviennent efficaces face à la pollution. La proportion de béton sur les esplanades est toujours plus importante que celle des surfaces boisées ou végétalisées alors que de nombreux espaces dans la ville permettraient plus de biodiversité. C’est dommage car de nombreuses études scientifiques montrent que les arbres filtrent les particules et les polluants contenus dans l’atmosphère. Ce sont eux qui favorisent la biodiversité et, par exemple, plantés le long des grands axes de circulation, ils protègent les habitations des afflux de polluants dans un rayon de 300 mètres environ (“En France, lors de la canicule de 2003, il y a eu moins de décès là où il y avait plus de couvert végétal” (Le Monde, 03.11.2016)). La ville peut mieux faire à ce niveau… Rappelons qu’à Issy, les grands arbres longeant les grands axes (Cresson, Gallieni, ou Frères Voisins, etc) ont été arrachés et remplacés par de petits arbres à croissance limitée, au motif d’arbres malades… Malades à Issy mais en pleine forme à Paris dans le cas du Bd des Frères Voisin formant frontière entre Paris et Issy.

A gauche Issy Fr Voisins

A gauche Issy, à droite Paris.

Un autre exemple : au centre ville, sans l’intervention de quelques habitants conscients de l’environnement qui ont dû lutter ferme pendant plusieurs années contre un projet de construction d’immeuble, le square de Weiden, petite oasis de verdure de 2000 m2, aurait pratiquement disparu. Si ce square n’avait pas été sauvé, avec ses petits bosquets et son ultime arbre remarquable, la pollution aurait certainement augmenté de façon encore plus drastique dans le quartier!! Il est également dommage que la mairie ait fait enlever le capteur de pollution d’Airparif dans le square de Weiden, pourtant très utile dans une ville engagée en matière d’environnement.

En conclusion

Le regard de la mairie d’Issy les Moulineaux sur l’impact de l’environnement a peut-être changé depuis quelques années si l’on en croit une communication bien menée, mais la tendance est loin d’être inversée. Ce ne sont pourtant pas les opportunités qui manquent avec les nouveaux projets d’aménagement ! La mairie gagnerait à consulter et écouter les différentes associations (Livre blanc d’ACTEVI sur les espaces verts) engagées dans la préservation de l’environnement de la ville

Il reste à espérer que la ville réussira à répondre au défi de la pollution et que la mairie fera sien le conseil suivant: “la réintroduction de la nature en ville est une formidable opportunité que doivent saisir les élus. Ils doivent changer leur regard sur les espaces verts : les voir comme un investissement, non comme une dépense, et faire du végétal la trame même de l’aménagement urbain, dès la phase de conception” (Catherine Muller, président de l’UNEP, Le Monde, février 2014).

 

Publié dans informations generales | 1 Commentaire »

Comment mon passé scolaire d’isséen a été rasé !

Posté par touchepasamonciel le 6 février 2017

Un jeune isséen nous a envoyé un message que nous souhaitons partager:

 « J’ai la trentaine et lorsque je me promène à Issy, je ne peux que constater la disparition des lieux où j’ai passé ma petite enfance et ma scolarité et me rendre compte que l’esprit de la ville a changé.

 D’abord, la crèche, rue André Chénier, où j’ai commencé ma vie sociale pendant mes trois premières années. Le jardin de la crèche était très vert, avec de grands arbres, comme une petite forêt. On avait l’impression d’être à la campagne.

La crèche et son parc ont été rasés pour faire place à un grand immeuble de six étages.

 Puis, l’école maternelle, avec son escalier au milieu des arbres et de la verdure. C’était vraiment la campagne. La cour de récréation donnait sur le parc Henri Barbusse et on se sentait bien entouré de nature. Il y avait même un très grand arbre au milieu de la cour de récréation où l’on aimait jouer et s’abriter !

 L’école maternelle a été rasée avec ses beaux arbres : elle a été remplacée par un complexe d’immeubles à l’architecture agressive quand on l’aborde depuis le carrefour au début de la rue Henri Tariel, là où une nouvelle école Anatole France a été construite et où tout est bétonné.

L’école primaire mitoyenne donnait aussi sur le parc et là encore, on se sentait comme à la campagne.

Rasée aussi, pour le même complexe d’immeubles qui donnent sur le parc Henri Barbusse.

 Ensuite, avec mes copains, nous nous sommes retrouvés au collège Henri Matisse, bâtiment vétuste qui a disparu pour être remplacé par un bâtiment plus aux normes ! Je ne me souviens pas de plus d’un arbrisseau dans la cour de récréation.

 Le lycée est encore là, pas très grand et un peu loin du centre ville. Il a été construit juste avant que je l’intègre.

 Il me reste une école, sans aucune verdure! Les temps changent et le béton devient roi. »

Publié dans informations generales | 1 Commentaire »

Bonne année 2017

Posté par touchepasamonciel le 31 décembre 2016

Bonne année 2017 dans informations generales carte_voeux_actevi_2017
Action Citoyenne pour les Transports et l’Environnement de la Ville d’Issy-les-Moulineaux
Association apolitique reconnue d’intérêt général
2, rue André Chénier 92130 ISSY LES MOULINEAUX – Tél : 01 40 95 98 70
Courriel : contact@actevi.fr – Blog : www.actevi.fr

 

Publié dans informations generales | Pas de Commentaire »

La très regrettable destruction de la petite halle Eiffel du Pont d’Issy

Posté par touchepasamonciel le 10 novembre 2016

Au mépris des souhaits exprimés par les isséens et des engagements qu’elle avait donnés au commissaire enquêteur mandaté pour l’enquête publique de l’immeuble « Issy-Pont », la ville Issy les Moulineaux vient de sacrifier la petite halle de style Eiffel située au pont d’Issy.

Pourtant elle s’était engagée, sur le papier, à étudier la possibilité de la conserver comme cela sera fait (en partie) pour la grande halle. Mais à peine refermé le dossier d’enquête publique, le sort de cette structure (construite en début de XXème siècle) était scellé ! Fini les bonnes intentions ! Comme à l’accoutumée, la ville a fait fi des souhaits des habitants exprimés lors des enquêtes publiques et a signé l’arrêt de mort de l’un des rares témoins d’un passé isséen.

Découvrez l’album photo de cette regrettable destruction

Destruction Halle Eiffel
Album : Destruction Halle Eiffel
Destruction de la petite halle Eiffel à Issy les Moulineaux (novembre 2016)
5 images
Voir l'album

 

Quiconque traverse Issy peut pourtant constater qu’en réfléchissant un tant soit peu et en y mettant un peu de bonne volonté, cette petite halle d’à peine 4 travées aurait pu être délocalisée sur la place désespérément vide et frigide de Corentin Celton.
Et au lieu d’envisager de payer la dette de sa voisine boulonnaise, Issy aurait pu investir dans cette délocalisation !

La décision de détruire la halle Eiffel n’est vraiment pas le genre d’audace qu’on attendait d’Issy l’audacieuse …

Extrait de l’avis du commissaire enquêteur :

avis_commissaire_enqueteur

Publié dans informations generales | 1 Commentaire »

Avis d’ACTEVI sur le projet d’aménagement du terrain de l’ex-CNET

Posté par touchepasamonciel le 8 novembre 2016

Ce terrain d’environ 3 ha, situé en centre-ville, entre la Mairie d’Issy et Corentin-Celton, était l’une des dernières emprises foncières d’importance pouvant accueillir des projets novateurs. Propriété d’une filiale de la Caisse des Dépôts, il a été libéré par Orange Lab’s, locataire des lieux en début d’année 2016.
Un projet d’aménagement vient d’être dévoilé aux Isséens. L’examen de ce projet a conduit aux commentaires suivants et à un certain nombre de propositions.

1° Un projet en apparence équilibré avec logements, bureaux, commerces, espaces verts et équipements…

Selon la présentation d’Altarea Cogedim attributaire de l’appel d’offre lancé par la filiale de la Caisse des Dépôts, le projet « développera un véritable cœur de ville » avec, présenté dans cet ordre :
- Un parc urbain de 13 000 m²
- Des commerces de « nouvelle génération » de 15 000 m²,
- Un centre de création numérique,
- 40 000 m² de logements, soit, à raison d’une moyenne de 70 m² par logement, environ 570 logements,
- 40 000 m² de bureaux,
- Des équipements publics dont une école et une crèche.

2° Une structure en berceau qui donne à l’intérieur une impression d’ouverture et de verdure

Des terrasses étagées descendent vers des allées commerçantes et quelques espaces verts. Vu de l’intérieur, l’ensemble est séduisant, équilibré.
Mais la présentation des espaces verts comporte quelques imprécisions d’importance. Qu’en est-il du parc urbain de 13 000 m² ?
Celui-ci comprend en fait, 4 600 m² de terrasses privatives, réservées aux habitants de ce cœur de ville et 4 000 m² de parc en pleine terre. Il n’y a pas de précision sur la consistance du reste.
Autrement dit, 4 000 m² seulement sont ouverts à l’ensemble des isséens et l’on peut supposer que la partie non précisée correspond à des alignements d’arbres.
Dans un contexte d’urbanisation et de densification, cet espace de 4 000 m² au regard de la superficie d’une parcelle de 3 ha est appréciable, mais pourquoi faire valoir 13 000 m² ? L’expression parc urbain apparaît plus comme un leurre à finalité marketing que comme une réalité.

3° De l’extérieur une structure massive avec d’importantes nuisances à craindre pour les riverains

De l’extérieur, la structure est très massive. Les bâtiments sont construits en limites de parcelles et montent à 27 ou 32 m de haut le long de rues très étroites. A l’évidence ils provoqueront des nuisances pour le voisinage : déperdition de lumière et d’ensoleillement, encombrement de la circulation rejetée en dehors de ce qui a l’aspect d’une forteresse, même si cette massivité a l’avantage de constituer une barrière phonique pour les futurs habitants…
Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la dernière révision du PLU, « l’épannelage » rue Horace Vernet devrait être plus prononcé pour préserver un peu de lumière dans cette rue malmenée par le projet (effet canyon, circulation, livraisons, …).
On déplore par ailleurs le manque d’information sur les « soutes » nécessaires à la logistique du nouveau quartier.

4° Une densification accrue en Centre-Ville avec des conséquences sur l’environnement et la qualité de vie des habitants

Tel qu’il est présenté, il est clair que ce projet constitue un indéniable progrès comparé aux propositions des années précédentes. On pense en particulier à la « Tour Ferrier » accolée à un gigantesque centre commercial.
Néanmoins, dans la mesure où il n’y aura pas de circulation automobile à l’intérieur de cet espace, on doit craindre des difficultés de circulation dans les rues étroites qui l’entourent (*). En effet, si l’on tient compte de la hauteur des immeubles (huit étages) donnant sur l’artère principale et les rues adjacentes, la population nouvelle engendrée par cette densification et le nombre de véhicules supplémentaires, la circulation et le bruit risquent de devenir insupportables en plein centre ville. La pollution atmosphérique qui ne cesse d’augmenter va certainement atteindre des pics inégalés.
Est-il par ailleurs, prévu de planter des arbres autour du complexe pour réduire la pollution et le stress des habitants?
En matière d’environnement, cet aspect est défini de façon purement technique : technologie informatique et prouesse en énergie positive. Est-ce suffisant pour assurer la qualité de l’environnement ?

5° Un espace complétement fermé sans ouverture sur la ville

Selon la maquette, le projet apparaît enclavé dans la ville avec des accès limités et très étroits. Il n’est jamais question de son insertion dans le quartier, or une ville ne doit pas être constituée de morceaux accolés. Il paraît indispensable de prévoir l’ouverture sur le reste de la ville.
batiment_occultantCette ouverture pourrait se faire par la suppression ou la réduction du bâtiment faisant face au Séminaire. Cela aurait, bien sûr un impact négatif sur la rentabilité de l’opération pour le promoteur mais un impact, ô combien positif pour l’intégration de ce nouveau quartier et l’esthétique de l’ensemble d’autant qu’à la place de l’immeuble ou pourrait aménager une place en triangle avec un côté constitué par l’avenue du Général Leclerc et les deux autres pénétrant dans le site.
A défaut de supprimer le bâtiment, il serait possible de le doter au rez-de-chaussée d’ouvertures libérant des percées visuelles depuis et vers le nouveau quartier ou d’un grand porche qui permettrait le passage et la vue sur l’avenue sans remettre en cause l’immeuble. Ce porche pourrait être valorisé par l’installation de commerces bénéficiant d’un emplacement exceptionnel dans ce lieu de passage.

 

6° Une opportunité pour relier les quartiers de la Mairie et de Corentin Celton

Dans le PLU comme dans la présentation du projet, ce dernier est présenté comme une opportunité pour relier les quartiers de Corentin Celton et de la Mairie mais rien n’est proposé dans ce sens et il est à craindre que, comme pour l’intégration du nouveau quartier dans la ville, rien ne sera fait.

Pour ACTEVI cette liaison doit se faire par l’aménagement de l’Avenue du Général Leclerc entre les deux places, soit : suppression des places de stationnement côté droit en venant de Corentin Celton, réduction du nombre de voies de circulation, élargissement et aménagement du trottoir : mobilier urbain, kiosques, arbres, massifs de fleurs, création d’une véritable piste cyclable…. La grande place à l’entrée du site, comme proposée au paragraphe précédent, s’intégrerait dans cet aménagement de l’avenue.

Toutes ces propositions avaient déjà été faites dans le cadre de l’enquête d’ACTEVI de 2012 sur le Centre-Ville. La dissuasion du trafic de transit avait également été suggérée.

7. Conserver les œuvres d’art signées Marcel Chappey

Il serait souhaitable de conserver sur place les œuvres d’art ornant l’entrée du Bâtiment A, pour marquer la présence du CNET en ce lieusculptures_chappey

Conclusion

Même sans viser à l’exhaustivité, l’examen du projet appelle quelques réserves. A l’intérieur de l’îlot, des aspects positifs : espace piétonnier, étagement des immeubles en terrasses, équilibre entre logements, bureaux, commerces et équipements divers.

Mais des nuisances pour les riverains, rejetés hors de cet espace fermé.
A aucun moment, il n’est tenu compte de ce qui se passe au dehors de ce qu’on pourrait appeler « une bulle ».
A aucun moment ne sont évoqués les accès (livraisons, parkings).

(*) Rappelons qu’ACTEVI réclame un centre ville piétonnier ; mais ce centre ville ne doit pas se limiter à un pâté de bâtiments

Publié dans informations generales | 4 Commentaires »

12345...56
 

association Tafedna pour le... |
La Tour de Merlin |
leroy vous donne la bien ve... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Association Itineraire Sud
| Area 51'est
| Association D'Char