• Logo actevi

  • Articles récents

  • Recherche articles

  • Vos commentaires

  • Fils RSS

Projet de modification simplifiée N°1 du P.L.U. de la Zac Bord de Seine

Posté par touchepasamonciel le 10 mars 2010

Une nouvelle concertation sur un projet de modification du Plan Local d’Urbanisme (PLU) d’Issy s’est achevée le 6 mars 2010. Elle concerne le site de l’ancienne usine d’incinération TIRU où il est prévu d’implanter un « écoquartier ».

En résumé il est proposé de faire passer le gabarit de construction d’un ilot du dernier secteur de la ZAC – l’ilot D – de R+7 à R+8,5 (hauteur maximale de 63m au lieu de 58m) sans augmentation de la SHON,. Le bénéfice attendu est à la fois esthétique et thermique en réduisant les épaisseurs de bâtiment dans les étages élevés.

ACTEVI a déposé la contribution suivante dans le registre d’enquête:

Lire la suite… »

Publié dans informations generales | 1 Commentaire »

COMMUNIQUE D’ENVIRONNEMENT 92

Posté par touchepasamonciel le 9 mars 2010

A la suite de notre table ronde, nous vous communiquons quelques réflexions que nous a fait parvenir Environnement 92 :

Environnement 92 a donné récemment plusieurs interviews, notamment dans le Parisien, sur les dysfonctionnements du développement urbain dans les Hauts de Seine. En particulier, sur l’emploi d’une communication écologique de nature à égarer le lecteur. La volonté de développer des écoquartiers dans nos villes est très louable. Toutefois, ce n’est pas parce que des logements sont bien isolés ou chauffés par géothermie que l’on remplit toutes les conditions d’un quartier à développement soutenable. Les mixités sociales et fonctionnelles sont souvent absentes, l’insertion dans la ville et surtout la concertation locale avec les habitants sont le plus souvent ignorées. Ce n’est pas la création d’un pauvre jardin de 500 m2 au milieu d’une ZAC constituée d’immeubles de 8 à 10 étages même si parfois leurs toits sont végétalisés qui permet la dénomination d’écoquartier. La construction d’immeubles de grand hauteur (plus de 100 m) épargne de la surface au sol mais en perd énormément en hauteur puisqu’un mètre carré utile nécessite la construction de 1,4 m2 pour assurer les dessertes (ascenseurs, couloirs…) et sécurités. Les tours vertes (basse consommation énergétique) sont un leurre de langage, car à coté d’un chauffage qui peut être relativement bas, les servitudes de la tour (éclairage, pompes, ventilations, climatisations, ascenseurs…) consomment les 2/3 de l’énergie totale. 

Environnement 92 a pour ambition de favoriser les initiatives locales en la matière et a entrepris depuis plus d’un an de rencontrer les maires du 92. Elle le fait pour établir un dialogue constructif avec les élus et leur montrer qu’un échange d’idées citoyennes est possible. Une dizaine de villes ont été visitées depuis janvier 2009 ce qui a permis un échange souvent très riche.

L’action de nos associations locales est indispensable pour la nécessaire concertation entre les municipalités et leurs habitants. Le temps où une personne seule était apte à conduire le changement est révolu depuis longtemps….Pourtant, les associations locales de protection de l’environnement et du cadre de vie ont souvent des difficultés relationnelles avec leurs élus. Environnement 92 est présent pour faciliter les contacts, améliorer les approches mais aussi les soutenir fortement si la situation le nécessite. C’est le cas pour ACTEVI, membre du Comité directeur d’Environnement 92, qui défend avec pugnacité et pertinence, la qualité et la cohérence du développement urbain à Issy-les-Moulineaux.

Publié dans informations generales | Pas de Commentaire »

ARRIERE-GARDE OU AVANT-GARDE ?

Posté par touchepasamonciel le 1 février 2010

Suite à notre carte de voeux 2010, un fervent partisan des tours a laissé sur notre blog un commentaire stigmatisant les membres d’ACTEVI qui ne comprendraient rien au monde moderne et mèneraient un combat d’arrière-garde pour protéger leur petite vie tranquille.
Cela nous a donné l’occasion d’expliciter nos convictions et nos motivations sur la densification et les tours dans notre réponse que voici :

 » Au sein de l’association Actevi, nous sommes parfaitement conscients de la compétition mondiale et fervents partisans de l’innovation. Nous sommes aussi sensibilisés à la dimension environnementale qui est une préoccupation d’avenir. Nous comprenons la nécessité de densification des centres des mégapoles. Mais, il ne faut pas faire cela n’importe comment.

Nous demandons que cette densification se fasse de manière cohérente : il ne suffit pas de construire des logements et des immeubles de bureaux. Il faut également dimensionner correctement les trottoirs, les égouts, les équipements sociaux, les transports de desserte locale, lutter contre les embouteillages, agir contre l’étanchéification des sols, la pollution de l’air, … C’est ce qui est souvent délaissé et que nous demandons.

Concernant les tours :
Bien sûr, nous connaissons et suivons attentivement ce qui se dit sur vos sites très intéressants paris-skyscrapers.fr et skyscrapercity.com .
Nous ne sommes pas contre les tours par principe. Mais nous pensons que leur intérêt réside essentiellement dans leur caractère d’objet architectural symbolique d’un site. Leur implantation doit donc être exceptionnelle et ne pas être la règle. De par son impact écrasant sur son environnement, une tour ne peut pas être implantée n’importe où mais seulement dans un quartier en complète rénovation et sous réserve d’une qualité architecturale et environnementale  irréprochable
.

C’est également pour leur caractère symbolique que nous souhaitons conserver là où c’est encore possible, des respirations de type “village urbain” dans les zones d’hyperdensification.

Nous ne sommes pas d’accord avec ceux qui affirment que les tours sont performantes :
- Le m² y coûte beaucoup plus cher à la construction et au fonctionnement que les immeubles “low rise” et elles sont bien plus énergivores.
- Ce n’est pas le moyen le plus pertinent pour densifier : chacun sait que l’haussmannien (qui a certes d’autres inconvénients) est beaucoup plus performant sur ce point.

Nous critiquons le fait de construire des (tours de) bureaux avec de nombreux parkings. N’est ce pas être à l’arrière-garde que d’inciter au XXIème siècle les employés à venir au travail en voiture ?

Concernant la nécessité de construire des millions de m² de bureaux, nous sommes également dubitatifs sur le moyen terme : avec la révolution des méthodes de travail tertiaire apportée par la mondialisation et les nouvelles technologies de la communication (internet, téléprésence, …), le besoin en m² de bureaux risque de chuter. Il faut éviter de nous retrouver dans 20 ans avec des friches tertiaires là où il y a 20 ans, il y avait des friches industrielles.

Vous nous demandez de nous poser des questions. Nous nous les posons.
Permettez nous d’en soumettre une à votre réflexion : Et si c’était ceux qui promeuvent les tours de manière inconditionnelle qui étaient restés au
XXème siècle ?

Merci en tous cas pour votre message clair et argumenté. C’est ce genre de débat qui permet à chacun de progresser.

Bien cordialement,
L’équipe ACTEVI

« 

Publié dans informations generales | 2 Commentaires »

GRAND SUCCES DE LA TABLE-RONDE « ECO-QUARTIER »

Posté par touchepasamonciel le 22 janvier 2010

Très grand succès pour cette nouvelle Table-Ronde organisée par ACTEVI en collaboration avec l’association VAL DE SEINE VERT. Table-ronde ecoquartier 20 janvier 2010
La salle était bondée, entre 80 et 90 personnes, et malheureusement, faute de places et de sièges, de nombreux participants ont dû rester debout.
Cette Table Ronde avait pour thème l’ECO-QUARTIER et, conformément au programme, la séance a débuté avec la projection de deux courts métrages décrivant les deux premières expériences d’éco-quartiers en France : Chalon-sur-Saône (Saint-Jean des Jardins) et Grenoble (ZAC de Bonne). Ces deux expériences sont différentes, la première est axée sur les jardins familiaux, la seconde s’articulant autour d’une ancienne caserne. Elles sont néanmoins complémentaires pour bien comprendre les différentes composantes d’un éco-quartier. Il faut préciser qu’il s’agissait dans les deux cas de favoriser l’installation d’habitants en centre ville.

Les deux films ont montré l’importance accordée :
- aux économies d’énergie grâce à de nouvelles méthodes de construction et d’isolation (à Grenoble un immeuble utilisant la géothermie et l’énergie solaire produit plus d’énergie qu’il n’en consomme alors que les logements devront respecter la norme de 50 KWh par m² et par an, contre environ 330 KWh pour le résidentiel au niveau national) ;
- à la réduction de l’impact des voitures (une seule place de parking par appartement et aucune place de parking pour les bureaux à Grenoble, stationnement des véhicules éloigné des habitations à Chalon…) ;
- à la mixité sociale (à Grenoble il est prévu 40 % de logements sociaux) ;
- à l’engagement des habitants vis-à-vis de la démarche éco-quartier (à Chalon ces habitants signent une charte précisant ces engagements) ;
- à la présence des espaces verts et des parties boisées (jardins, haies, gazons à Chalon, parc de 5 hectares à Grenoble)  ;
- aux transports collectifs ;  …

A l’issue de ces projections, l’animateur, M Bernard Viel, Directeur de l’Agence d’Ecologie Urbaine de Paris , a comparé les deux expériences en soulignant leurs points forts et leurs points faibles et en mettant l’accent sur le fait que réaliser un éco-quartier ce n’est pas seulement s’inscrire dans la démarche HQE, c’est intégrer beaucoup d’autres choses comme la mixité sociale (cf. à Grenoble) ou la mixité des activités (logements, commerces, équipements sportifs, espaces verts).
Un éco-quartier c’est également une volonté des politiques, une volonté des opérateurs (architectes, bureaux d’étude, entreprises), une volonté des populations. C’est aussi et surtout une démarche participative qui concerne les trois catégories d’acteurs précédents : il ne s’agit pas de présenter à la population un projet tout « ficelé », il s’agit de le bâtir en commun à travers de nombreuses réunions de concertation en amont. Cette démarche est très différente de celle pratiquée actuellement à Issy les Moulineaux où, l’atelier d’urbanisme, qui est en principe un lieu de concertation, est en fait une chambre d’enregistrement où les projets présentés sont déjà entièrement finalisés.

Au cours du débat qui a suivi, de nombreuses questions ont été posées sur la compatibilité entre le projet d’aménagement de la RD7 en 2X2 voies et le futur éco-quartier qui doit être réalisé sur le site de l’ancienne TIRU. Ce futur éco-quartier en bord de Seine, avec des berges aménagées, l’ile Saint Germain en arrière plan pourrait bénéficier d’un environnement exceptionnel mais qui sera complètement détruit si une autoroute urbaine coupe cet ensemble de verdure.

Plusieurs questions ont également été posées concernant la ville d’Issy les Moulineaux :
- Pourquoi le futur projet d’aménagement de l’ancien Centre de Tri Postal qui sera limitrophe de l’éco-quartier ne fait pas partie de ce dernier ?
- N’est-il pas possible de traiter le futur aménagement de la ZAC Cœur de Ville en éco-quartier ?

Le débat a également porté sur la signification des labels HQE, voire THQE, dont sont affublées toutes les nouvelles constructions prévues à Issy les Moulineaux :
- à combien de cibles, parmi les 14 possibles, un nouveau bâtiment doit-il répondre pour bénéficier du label ?
- Quel niveau de performance faut-il atteindre par rapport à ces différentes cibles ?
– Certaines cibles sont-elles obligatoires ou sont-elles toutes laissées au choix des opérateurs ?
Face à ces questions et aux difficultés d’y répondre clairement, le risque existe que des bâtiments bénéficient du label en ne répondant qu’à des cibles mineures ou qu’un bâtiment baptisé HQE ne satisfasse même pas aux critères annoncés.
Le nouveau bâtiment GENERALI où est installé la société MICROSOFT à Issy les Moulineaux en est un malheureux exemple puisque bien qu’HQE ce bâtiment risque d’exploser toutes les normes en matière de consommation d’énergie au m². Ainsi, et sans contester l’intérêt du principe d’une norme HQE, il semble souhaitable que soient mieux précisés ses critères d’attribution.

La réunion s’est ensuite achevée par un pot amical offert par les deux associations, ce qui a permis aux participants de continuer le débat en petits groupes. Pour terminer il faut encore regretter l’absence, à Issy les Moulineaux, d’une salle publique où les associations pourraient tenir ce genre de réunion citoyenne sans être contraintes de louer une salle dans un hôtel.

Publié dans informations generales | 5 Commentaires »

TABLE-RONDE SUR LE THEME DE L’ECO-QUARTIER

Posté par touchepasamonciel le 17 janvier 2010

TABLE-RONDE
 » Ce que pourrait devenir notre ville demain « 

La ville d’Issy les Moulineaux prévoit de réaliser un éco-quartier à la place de l’ancienne TIRU : c’est l’objet de la ZAC Bords de Seine. A l’occasion de ce projet, qui pourrait être une formule d’aménagement  susceptible d’être reproduite dans d’autres quartiers de notre ville, il nous a semblé  intéressant de réfléchir à ce nouveau concept. A cet effet :

ACTEVI et VAL DE SEINE VERT organisent un débat
sur le thème de l’éco-quartier

Le mercredi 20 janvier 2010 de 19 h à 21 h au Campanile
213, rue Jean Jacques Rousseau, Issy les Moulineaux

Deux courts métrages présenteront la réalisation d’éco-quartiers à Chalon et à Grenoble.
Un débat sera ensuite animé par un expert autour de questions telles que :
- Que recoupe la notion d’éco-quartier ? – Le projet « Bords de Seine », un éco-quartier ?
- Labels HQE, THQE : pertinents ou dépassés pour un éco-quartier ?
- Comment concilier éco-quartier en bord de Seine avec l’aménagement de la RD 7 ?
- Ce concept est-il reproductible dans d’autres quartiers de la ville ?

Un pot amical clôturera les débats.

Inscription préalable impérative : contact@actevi.fr

Publié dans informations generales | Pas de Commentaire »

1...3233343536...57
 

association Tafedna pour le... |
La Tour de Merlin |
leroy vous donne la bien ve... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Association Itineraire Sud
| Area 51'est
| Association D'Char