Enquête sur « La Nature en Ville »

Posté par touchepasamonciel le 6 mars 2020

En vous proposant de répondre à un bref questionnaire, ACTEVI s’associe à une journée d’étude et de réflexion sur « la Nature en ville ».

Cette journée est organisée conjointement par « Environnement 92 », association départementale de défense de l’environnement, et le groupe « eau » de « France Nature Environnement (FNE)-Ile de France », structure régionale de défense de l’environnement. Elle aura lieu le 27 avril 2020 dans un lieu à préciser(à Boulogne ou à Paris).
Le programme de cette journée , ainsi que le lieu où elle se tiendra seront annoncés très bientôt.

Répondre à cette enquête, c’est l’opportunité pour vous de faire valoir vos souhaits sur un sujet important pour la santé et la vie quotidienne.
Cela ne devrait pas vous prendre plus de 5 minutes.   

Pour accéder au questionnaire en ligne, cliquez ici .

Important : ACTEVI s’engage à ce que les réponses soient traitées de manière parfaitement anonyme.

Nous vous remercions par avance de votre participation.

 

Une Réponse à “Enquête sur « La Nature en Ville »”

  1. Charles S. dit :

    Ne sacrifions pas notre jeunesse !

    Il y avait au N° 28 de la rue André Chénier, dans notre ville d’Issy-les-Moulineaux, un établissement très apprécié du quartier. On s’arrêtait à la brasserie du parc pour boire une bière au comptoir ou avaler un steack-frites à la coupure du travail. Un gentil couple faisait une cuisine sans luxe mais valable et à un prix abordable pour beaucoup. Et, à l’arrière, il y avait même un jardin.

    Au 28 de la rue André Chénier il y a désormais un trou. Les promoteurs immobiliers ont fait monter les enchères et, à la fin, l’un d’eux, a ramassé le gros lot. Le propriétaire de la brasserie, prenant sa retraite, a simplement voulu tirer de la vente un bon prix. On lui entendu dire ces mots : ce sont des hyènes ! Les hyènes sont des animaux de mauvaise réputation qui s’acharnent sur tout ce qui ne peut plus se défendre.

    A Issy, les promoteurs s’acharnent aux quatre coins de la ville. Il n’y a pas le moindre espace sans que l’on voit les Bouygues, les Kaufmann&Broad, pour ne citer que les mastodontes, planter leur drapeau comme les conquérants plantent le leur ! Mais ce ne sont pas des explorateurs de lieux vierges. Ce sont des explorateurs du profit facile.

    Et la population d’Issy-les Moulineaux, quel profit tire-t-elle de cette vague submersive du béton spéculatif ? Certains se réjouissent, paraît-il, de cette montée du prix au m2 qui, leur dit-on, valorise leur bien. Parce que le logement ne serait plus de l’habitat mais un « bien ». La pancarte « Vendu » est à tous les carrefours et les agences bourrent les boites aux lettres. D’autres, plus simplement, habitent la ville, même si ce n’est pas définitif. Ils y fondent une famille, ils s’y font des amis.

    D’où cette question: la vague submersive de la construction spéculative a-t-elle le moindre souci de l’environnement et de la justice sociale ? Non, on le sait bien ! Faut-il leur préférer le gain aveugle ? Espérons que non ! Il ne suffit pas de proposer, comme le fait la municipalité sortante, la trottinette électrique et de verdir un coin entre deux bâtiments pour faire reculer la pollution. Et, plus encore, au train où vont les choses, nos propres enfants ou petits-enfants, auront-ils, s’ils le souhaitent, encore les moyens de se loger à proximité ?

    L’événement de la période en cours est le croisement dans la jeunesse de deux préoccupations majeures que certains ont cru pouvoir opposer: la fin du monde et les fins de mois. Soyons jeunes, pas béton où coule un « pognon de dingue » !

Laisser un commentaire

 

association Tafedna pour le... |
La Tour de Merlin |
leroy vous donne la bien ve... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Association Itineraire Sud
| Area 51'est
| Association D'Char