Liaison entre Mairie d’Issy, le Fort et les Epinettes – Compte rendu de la réunion du 20 juin 2013

Posté par touchepasamonciel le 1 juillet 2013

Participants 

Une vingtaine de personnes + Côté Mairie M. Provot et Mme Letournel + 3 représentants de GPSO : M. Camara, directeur général, M. Guibert, adjoint au directeur des services techniques, Mme X.
Seules étaient admises les personnes inscrites lors de la réunion du 3 juin.

Ambiance :

Tendue  avec beaucoup de critiques de la part des participants, mais atmosphère plus calme et plus studieuse que lors de la réunion du 3 juin. A noter cependant les très vives réactions de deux directeurs représentant les 10 sociétés installées au 23 rue Robespierre. Ils ont critiqué l’absence d’information mais aussi de dossiers et de chiffres, en matière notamment de fréquentation des différentes rues qui auraient permis d’étayer le projet présenté. Ils ont également mis l’accent sur les gênes pour leurs personnels et leurs clients et évoqué l’idée de devoir quitter les lieux.

Principales questions :

-          Quel est l’intérêt d’une desserte sur laquelle les interrogations de départ n’ont pas été posées : une desserte vers où et à quel moment ?
-          La ligne 12 n’intéresse pas tout le monde : il y a aussi le T2, la gare de Clamart, le RER C… Y a t-il eu une enquête pour évaluer les différents besoins ?
-          Quel est le bilan avantages-inconvénients du projet ? Selon Mappy, la différence de temps de trajet entre le fort et le centre ville est de 3 mn selon qu’on se trouve en période d’encombrement ou en dehors. M. Provot a mis en doute la fiabilité de ces chiffres pendant que Mme Letournel indiquait que la desserte ferait gagner 10 mn sur un trajet de 20 mn mais sans préciser d’où elle tenait ces chiffres.
-          D’où de nombreuses autres questions de la salle : Quelles études, quelles mesures avez-vous faites ? Avez-vous utilisé des outils de simulation performants ? Où sont vos chiffres ? Montrez-nous vos dossiers ?….

 Nouvelles propositions Mairie-GPSO 

Dans la nouvelle version, la desserte se ferait comme suit :

-          Pour la montée depuis la Mairie vers le Fort, le TUVIM et le 290 emprunteraient la liaison Auguste Gervais -> Emile Zola -> Maximilien Robespierre.
-          Pour la descente depuis le Fort vers la Mairie, le TUVIM et le 290 emprunteraient la liaison Maximilien Robespierre -> Lasserre -> André Chénier.

Les conséquences pour les deux rues principales impactées par le projet sont les suivantes :

Rue Chénier

- Les bus 290 et TUVIM descendront la rue par une voie en site propre, par contre, les voitures pourront emprunter l’autre voie pour la montée.
- Les stationnements seront supprimés du côté du passage des bus ou un trottoir sécurisé de 3 mètres de large sera créé. De l’autre côté, 23 stationnements seront maintenus, les autres seront supprimés. Il est prévu un stationnement minute.
- Toute la rue sera refaite, chaussée avec un revêtement silencieux comme dans l’avenue Victor Cresson, trottoirs et éclairage. M. Provot a assuré que les arbres seraient maintenus même s’il est envisagé d’élargir le trottoir côté descente des bus à 3 mètres et d’élargir également la chaussée de 30 à 50 cm.
- La possibilité de TUVIM électriques a également été évoquée fin 2014. Mais pas pour les bus RATP – 290 –.

Rue Robespierre

- Comme pour la rue Chénier, les bus 290 et TUVIM descendront la rue par une voie en site propre ; et les voitures pourront emprunter l’autre voie pour la montée ainsi d’ailleurs que le TUVIM et le 290 en provenance de la rue Emile Zola.
- Les stationnements seront supprimés des deux côtés de la chaussée, soit 54 emplacements, mais en contrepartie 41 emplacements seront créés (parking de 16 places en haut de la rue Robespierre (il n’a pas été précisé où !) + des places avenue de la Paix et devant les logements des gendarmes).
- La rue qui fait 10 mètres de large comprendra deux trottoirs de 2 mètres et 2 chaussées de 3 mètres. Elle sera entièrement refaite : chaussée, trottoirs et éclairage.

Commentaires

Suite à la réunion du 3 juin et aux nombreuses critiques qui avaient été formulées, la Mairie et GPSO ont légèrement modifié leur projet initial.
A noter, le passage des bus à la montée par les rues Gervais, Emile Zola et Robespierre ce qui évitera les bus à double sens dans la rue Chénier et le croisement de ces mêmes bus dans la portion de rue Lasserre située entre Chénier et Robespierre.
Pour le reste on retrouve le projet initial avec ses nombreuses nuisances pour un grand nombre de personnes : suppression de très nombreux stationnements, croisement des bus rue Robespierre alors que la circulation en double sens paraît très lourde dans cette rue étroite, contraintes pour les visiteurs du Parc Henri Barbusse dont l’environnement sera dégradé, contraintes pour le personnel et les clients des entreprises installées 23 rue Robespierre,  contraintes pour les commerçants de la rue Chénier, impact sur la qualité de vie des riverains ….

En fait, aucune des remarques ou propositions faites lors de cette réunion du 20/6 n’a été prise en compte. Le principe d’un rabattement massif sur Mairie d’Issy n’est pas remis en cause alors qu’aucune étude sérieuse ne semble avoir été faite sur les besoins réels des habitants.
La mairie a organisé le mardi soir précédent, une réunion pour les habitants des Hauts d’Issy. Leurs besoins ne semblent pas avoir été clairement établis puisque les représentants de la mairie, après nous avoir informés de cette réunion, n’ont fait valoir aucune demande de leur part.
En outre, il n’a été répondu ni sur l’amplitude des horaires de bus, ni sur les dangers de cette circulation pour les enfants dans des rues très étroites jointives du parc Barbusse, ni sur le passage des cyclistes.
L’équipe de GPSO est venue avec les cartes et le plan des aménagements, la place des parkings supprimés, la largeur des routes et des trottoirs… Tout était bouclé et il n’était pas question de modifier quoi que ce soit. D’ ailleurs selon ces mêmes responsables, les entreprises sont prêtes et on n’attend que le feu vert de la Mairie pour engager les travaux au début de l’été.

Ce projet de desserte est un bel  exemple de l’incapacité de la mairie à organiser une véritable concertation même si une telle démarche avait été annoncée dans la lettre-tract du maire de novembre 2012 puis proclamée à plusieurs reprises et à grands renforts de publicité. L’historique le confirme :

A l’origine, le projet a été concocté entre la Mairie et GPSO sans aucune consultation de la population.

Ensuite, les trois premières réunions, organisées dans des conditions choquantes (horaires, exiguïté des lieux) puis celle du 3 juin, n’avaient pas pour but de recueillir les avis des habitants : Il s’agissait de les informer d’un projet qui les concernait mais qui avait déjà été décidé sans eux.

Quant à la réunion du 20 juin,  improvisée par le Maire suite à celle, particulièrement houleuse du 3 juin pendant laquelle la quasi-totalité des participants se sont opposés au projet, elle avait pour but de calmer les esprits mais devait permettre d’apporter des modifications. Ainsi, la lettre d’invitation à cette réunion disait que « dans la mesure du possible des améliorations (pourraient) être proposées ». De même au début de cette réunion M. Provot a bien indiqué qu’il s’agissait d’une réunion de « concertation ». Tout ceci s’est vite avéré être un leurre .

Ainsi et en dehors de la modification évoquée précédemment, aucune des propositions formulées au cours des débats, de même d’ailleurs que les contre-propositions élaborées précédemment par ACTEVI ou d’autres habitants, n’ont été prises en compte ni même étudiées. La Mairie se retranche derrière les soi-disant exigences du STIF pour justifier ses choix, mais aucun responsable ou document émanant de cet organisme ne permettent de vérifier cette affirmation. Par ailleurs, Il est apparu clairement, comme indiqué précédemment que l’équipe de GPSO était venu à la réunion avec un dossier déjà finalisé et qu’il n’était pas question de le modifier.

Pour la Mairie, selon M.Provot, une réponse a été apportée à toutes les questions ! Pour les participants, non seulement les nombreuses objections ou contre-propositions n’ont pas été prises en compte mais aucun dossier, comptage routier, évaluation technique… n’ont été présentés pour justifier le projet. Il y aurait eu une étude d’impact en mai 2009 avec des évaluations techniques sur lesquelles se fondent la mairie. Mais les demandes de dossiers documents ou cartes faites par les participants ont été refusées.

Conclusion

Il est désormais urgent de lancer une pétition pour amener la Mairie et GPSO à renoncer à ce projet modifiant les conditions  de circulation et de stationnement en mettant en évidence que les avantages attendus de ces modifications sont supposés alors que les  inconvénients et nuisances causés à la population sont bien réels. Pour signer la pétition, cliquer ici.

Nous proposons également ci-joint un cadre de pétition (téléchargeable ici) et demandons qu’une personne se charge de la faire signer très rapidement dans chaque immeuble.
Ces documents seront à renvoyer très vite à ACTEVI (2 rue André Chénier, 92130 Issy les Moulineaux) qui les transmettra en recommandé à la mairie, à GPSO, au STIF et à la RATP.

————————- MISE A JOUR DU 3 juillet 2013 ———————— 

Un avis aux riverains vient d’être distribué dans la rue Chénier.

A ce propos :

- il faut distinguer les travaux et le projet de circulation.

- Les travaux de réfection de la chaussée sont nécessaires, même s’il sont faits en vue d’un projet de circulation.

- Ils n’impliquent pas obligatoirement la mise en place de cette circulation.

- Cette circulation est toujours annoncée à l’état de projet.

- Les arrêtés municipaux annoncés ne concernent que les restrictions de circulation et de stationnement pendant les travaux. Ils ne portent pas sur le projet de circulation.

___________________________________________________________

5 Réponses à “Liaison entre Mairie d’Issy, le Fort et les Epinettes – Compte rendu de la réunion du 20 juin 2013”

  1. Jean-François dit :

    Je vois que dans le nouveau plan proposé par GPSO il est prévu de passer maintenant par la rue Emile Zola dans le sens montant.
    Vu l’étroitesse de la rue je ne vois pas comment ils pourraient faire sans supprimer des places de parking et votre compte-rendu est muet sur cet aspect. Cela a t’il été évoqué lors de la réunion?
    Qu’en est-il sachant que dans cette rue toutes les places de parking sont quasiment toujours occupées. Les riverains ont-ils été informés?

    D’autre part le virage entre la rue A. Gervais et la rue E. Zola me parait compliquer à gérer par un bus sans travaux d’aménagements.

    Enfin j’observe que les bus ne passeront plus dans le sens montant par la rue A. Chénier, ce qui est une très bonne nouvelle, mais la rue M. Robespierre subit toujours la double peine: bus dans les 2 sens et suppression des places de parking. Pourquoi ne pas passer par les rues A. Gervais puis P. Brossolette dans le sens montant et redescendre par les rues M. Robespierre et A. Chénier? Cela ne résoudrait pas le problème de places de parking supprimées mais au moins les bus ne se croiseraient plus dans la rue. Ceci n’est qu’une idée déjà proposée par quelqu’un d’autre mais…le rappeler ne coûte rien.

  2. Nono929292 dit :

    Merci encore pour votre travail et votre motivation !

  3. F.A. dit :

    Bonjour

    Je voulais vous demander si vous saviez quel serait le tracé pour le bus 169 à partir de septembre 2013.

    Nous habitons rue Benoit Malon et le fait que le nombre de bus passe de 54 à 70 par jour + le soir + le tuvim, en sachant que le bus passe et à l’aller et au retour soit 140 bus par jour minimum (!!) semble excessif dans cette rue aussi étroite !

    Je me demandais, et les autres habitants dans la rue, pourquoi par exemple le bus venant de Percy passe dans la rue benoit Malon pour aller récupérer 3 personnes, alors que ces 3 personnes pourraient marcher 100 m , ce qui fait en plus un détour pour les personnes voulant se rendre au métro plus rapidement.

    Je n’ai jamais eu de réponses de la part de la mairie, peut-être pourrez-vous m’éclairer ?

  4. riverain dit :

    Si ma mémoire est bonne, l’adjointe à la démocratie avait déclaré, lors des réunions des conseils de quartiers « s’il n’y a pas d’accord, il – le projet – il se fera pas » comme l’a retranscrit le Parisien du 23 mars 2013 (http://www.leparisien.fr/espace-premium/hauts-de-seine-92/telepherique-bus-les-liaisons-vers-les-hauts-d-issy-font-debat-23-03-2013-2662999.php )

    Pourtant il n’y a pas d’accord, mais pas d’accord du tout, et le maire fait démarrer les travaux

  5. riverain brossolette dit :

    Je m’interroge sur les projets d’aménagements concernant la place Boualam ( croisement pierre Brossolette et haut de la rue Robespierre ) ??
    Il est prévu d’installer des places de parking mais ou ??
    Comment va être aménagée cette zone résidentielle qui est un point de passage pour de nombreux piétons et qui dessert également une entrée du parc Henri Barbusse ?

    Comment vont cohabiter ces piétons, les bus dont la fréquence va notoirement augmenté et les places de parking ..?

    Je pense qu’il est possible de prévoir un aménagement qui tienne compte de ces différentes contraintes mais, à condition d’impliquer les riverains .. ce qui n’est pas le cas !!

    Je suis passé au service de l’urbanisme de la mairie, pas de plan disponible …

Laisser un commentaire

 

association Tafedna pour le... |
La Tour de Merlin |
leroy vous donne la bien ve... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Association Itineraire Sud
| Area 51'est
| Association D'Char