Tours du Pont d’Issy – Réunion du 6 octobre 2011

Posté par touchepasamonciel le 10 octobre 2011

maquettepontdissytriptyque.jpg 

 Bilan très mitigé pour cette réunion, indépendamment de l’opération elle-même, du fait du peu d’informations concrètes sur les multiples impacts du projet pour les isséens.

Autour du Maire, participaient à la réunion les principaux partenaires de l’équipe projet : Architectes (Françoise Raynaud et Jean-Paul Viguier), Urbaniste (Christian Maille), Aménageur (Raymond Loiseleur), Environnement (Sébastien Duprat et Olivier Jarry), Etudes d’impact (Sandrine Boogaerts). Cette équipe travaille depuis trois ans sur le projet, sans concertation avec la population isséenne.

Il s’agit de détruire les immeubles anciennement occupés par l’Equipe et le Crédit Agricole (âgés d’à peine 30 ans) pour les remplacer par un projet de densification importante de la zone à réaménager avec pour objectif principal d’y implanter des bureaux. Sa réalisation nécessite une modification du PLU (et notamment la validation par la population de la phrase « pas de hauteur limite » dans cette zone) et la création d’une ZAC. La municipalité a choisi de recourir à une révision simplifiée du PLU et vient de lancer le processus comportant une enquête publique qui sera instruite par un Commissaire-enquêteur du 31 octobre au 3 décembre 2011.

 Le projet associé de requalification de la pointe amont de l’Ile Saint Germain par le Conseil Général 92 n’a pas été présenté. 

D’une manière générale, l’équipe de présentation semblait mal à l’aise et souvent sur la défensive. A titre d’exemple significatif la formulation d’un des membres qui disait grosso-modo : « Ce serait malhonnête de prétendre qu’il n’y aura pas d’impacts négatifs et que ce sera comme avant, mais on travaille pour réduire ces inconvénients ». Dans ce cas, pourquoi maintenir le projet sous cette forme ? 

Eléments marquants : 

L’opération – qui couvre 250 460 m² SHON – prévoit la construction de trois tours d’environ 180 mètres de haut, pour un usage de bureaux en majorité (90%). Les logements seront aménagés dans la partie supérieure d’une des 3 tours ainsi que dans des immeubles de plus petite taille (environ 50 m de haut) situés à l’ouest du périmètre concerné. A titre de comparaison la hauteur de ces tours rivalise avec celle de la tour Triangle projetée à la Porte de Versailles. Elles sont presque aussi hautes que la tour Montparnasse (autour de 210 m), ou les tours de deuxième génération de La Défense (la première génération était inférieure à 100 m). Elles seront deux fois plus hautes que la tour Sequana de Bouygues Télécom.

La tour principale est habilement présentée comme l’empilement d’immeubles superposés (au nombre de 3 en l’état actuel du projet).

La Halle Eiffel sera déplacée et reconstruite parallèlement au T2 et sera affectée à un usage public avec l’installation d’activités commerciales. Des commerces seront prévus également dans les pieds des tours conduisant à un total d’environ 25 à 35.

Un parvis en pente douce sera aménagé pour accéder aux gares ferroviaires depuis les quais de Seine. Une passerelle piétonne permettra de traverser la rue Rouget de Lisle.

Des parkings seront construits en sous-sol des immeubles, environ 2 200 places pour les bureaux, ainsi que des parkings pour les vélos en nombre relativement important pour ces derniers (880 places).

 Les études de conception devraient se dérouler durant l’année 2012 pour un début des travaux en 2013. 

Les études d’impacts : Elles ont été présentées de façon assez générale en ne livrant finalement que peu d’éléments concrets quantifiés. Pour l’ensoleillement, nous avons eu droit à une longue explication embrouillée – avec la présentation d’un cadran solaire – où l’on nous a expliqué que l’ombre était plus courte en été qu’en hiver (merci de nous l’apprendre), que l’ombre avançait plus ou moins vite selon les moments de la journée… En gros il fallait convaincre que l’ombre portée des tours est dérisoire, ainsi d’ailleurs que la gêne causée par les courants d’air… 

De plus, l’étude détaillée mettant en œuvre une modélisation ne pourra se faire que lors du permis de construire.

 Puis ont suivi : 

·   Une explication, assez incompréhensible, visant à montrer que pour résoudre l’un des inconvénients des tours, où il faut sans cesse monter et descendre les fluides, on avait décidé de faire un seul bloc étage par étage ? 

·    Le fait que l’on veut construire des tours qui « sortent du sol » au lieu d’être « posées sur le sol » !

 ·     L’idée qu’en matière de densification, le site était un « trésor » du fait de ses nombreuses infrastructures de transport. 

·     L’une des justifications des tours qui serait de constituer un « marquage ou repère » pour informer les gens qu’ils entrent dans Issy-les-Moulineaux. Le panneau annonçant la ville d’Issy-les-Moulineaux au niveau du Pont d’Issy ne suffit-il pas ? Ou alors faut-il une ou plusieurs tours à chaque entrée de la ville ?….

Le PDU (plan de déplacements urbains) prévoit une augmentation globale du trafic de 7% dont 20% pour les transports collectifs.

 L’implantation massive de bureaux dans cette zone nécessite d’augmenter l’offre en capacité et en fréquence du T2 et du RER C, sachant que la fréquence du T2 est actuellement proche du maximum aux heures de pointe. 

L’environnement : Les partenaires de l’équipe ont précisé que les cycles de gestion des fluides seraient optimisés, et que la construction suivrait une démarche « THQE » (Très Haute Qualité Environnementale) avec des panneaux photovoltaïques sur les toits et même quelques éoliennes au sommet des tours. Toutefois, ces dispositifs ne fourniront qu’environ 5% de l’énergie nécessaire. De plus rappelons que la certification de ces démarches ne nécessite pas de répondre exhaustivement aux critères du label. 

Les réactions de la salle : 

Les interventions et critiques les plus marquantes de la salle ont exprimé : 

·  Y a-t-il un besoin de 233 000 m² de bureaux supplémentaires à Issy-les-Moulineaux alors que le projet prévoit seulement 13 500 m² de logements ? 

Question pertinente complétée par : Quel est l’intérêt du projet pour les isséens comparé aux nuisances qu’il va entraîner ?

 ·   Pourquoi est-on repassé d’un projet avec une tour à un projet avec trois tours, et qui a pris cette décision ? 

    Question restée sans réponse

·    Compatibilité des tours avec l’héliport et les couloirs d’atterrissage et de décollage ?  
Réponse : Les couloirs seraient revus et modifiés par la DGAC sans autre précision … 

·   Compétition plutôt que concertation entre les nombreux projets à proximité : Pont d’Issy, Ile Seguin, Tour Triangle, Balard (Pentagone du Ministère de la Défense). 

·    Il n’y a toujours pas d’urbanisme concerté à Issy-les-Moulineaux où la municipalité juxtapose des ZAC sans cohérence entre elles. 

Ce projet engendre de fortes inquiétudes : 

La construction de 3 tours de très grande hauteur qui auront un impact important sur leur environnement et non quantifié.

 La motivation de densifier le secteur au bénéfice de la construction de bureaux ne répond qu’à une logique de « business » économique et non à un besoin des isséens qui s’exprimerait plutôt en faveur d’un logement accessible. Point renforcé par la non-concertation sur ce projet. 

Quelle place pour les espaces verts ? Y aura-t-il des jardins accessibles au sol ? Ne nous sont annoncés que des toitures végétalisées et des jardins suspendus. Où est la place de l’humain, de l’isséen, sur ce site de plus de 10 hectares ? 

Quelle animation pour le quartier ?  Devenant essentiellement un quartier d’affaires, l’animation ne pourra se développer que dans la journée, laissant place le soir à un quartier désert. Pour les futurs commerces implantés, la zone de chalandise sera donc constituée principalement d’une population non résidente. 

Le trafic et les nuisances sur la RD7 : L’implantation massive de bureaux avec 2200 parkings pour les voitures va induire un trafic important sur la RD7 aux heures de pointe. Cela ne fera que renforcer son caractère d’autoroute urbaine. En même temps cela démontre bien la priorité donnée à la voiture en la généralisant à 2 fois deux voies dans le cadre du projet « Vallée Rive Gauche ». 

Des transports en commun proches de la saturation ?  Aux heures de pointe, la capacité du T2 est à son maximum, et il y a peu de marges d’augmentation de la fréquence. 

Quel devenir pour les deux Halles « Gustave Eiffel » ? Classées comme élément de patrimoine bâti remarquable, elles doivent être déplacées et reconstruites en tout ou partie. Les éléments présentés sont très vagues sur ce point et pourraient laisser comprendre que seule la charpente métallique serait conservée ? 

La proximité de l’héliport et le danger que les tours représenteront. A terme, les hélicoptères ne choisiront-il pas de survoler le centre ville ? 

La proximité des chantiers pharaoniques du 15ème arrondissement (Tour Triangle et Pentagone du Ministère de la Défense) et de l’ile Seguin à Boulogne Billancourt (4 « châteaux » de 100 m de haut), chantiers conçus sans concertation entre les villes, qui aboutiront fatalement à un engorgement inextricable de notre environnement. 

10 Réponses à “Tours du Pont d’Issy – Réunion du 6 octobre 2011”

  1. M. BARDOU dit :

    3 tours, 10 000 SALARIES , prises en sandwich entre
    - le pentagone qui démarre (9 800 salariés), http://www.marianne2.fr/blogsecretdefense/Balard-les-travaux-commenceront-au-printemps-prochain_a397.html
    - la tour Triangle (5000 emplois) http://jeunesparisiensdeparis.hautetfort.com/media/00/00/91801728.pdf,
    - et la catastrophe annoncée sur l’île Seguin http://www.sauvonslileseguin.com/

    Mais nous sommes à l’ère du cauchemar !

  2. Arnaud G dit :

    Lettre ouverte aux concepteurs du projet ZAC Pont d’Issy
    Mesdames et Messieurs les architectes,

    Mesdames et Messieurs les maîtres d’ouvrages,

    Mesdames et Messieurs les maires-adjoints,

    Monsieur le Député-Maire,

    J’ai assisté à la réunion publique le 6 octobre dernier sur le projet ZAC du Pont d’Issy. Vous avez présenté le projet de réaménagement de l’entrée de ville. Tout était plutôt bien organisé, la salle pleine, une grande partie de la majorité municipale était présente, ce qui montre l’importance de ce projet.

    Je vous ai tous écouté attentivement, sans à priori. Les présentations étaient soignées, parfois techniques mais avec un effort de pédagogie. Les débats furent plutôt courtois et des nombreux intervenants, y compris ceux qui dénoncent le projet ont apprécié que la phase de concertation que vous mettez en œuvre présentement, se fasse à un moment où la discussion est encore possible.

    Je vous ai donc écouté et j’ai vu. Parce qu’il fallait voir. J’ai écouté les arguments qui consistent à expliquer les atouts du projet : un terrain propice, une plateforme multimodale pour les transports en commun avec de surcroit l’arrivée des zones d’escale fluviale Voguéo, des logements, des commerces, la réhabilitation de la pointe amont de l’Ile Saint Germain, la création d’une passerelle.

    Vous nous avez parlé des tours de bureaux (233 000 m²), de l’esthétique, du triple label environnemental qu’elles vont devoir respecter, des éoliennes sur les toits, de la végétalisation la plus large, du concept de tour qui émerge de la terre et non pas de ces tours qui arrivent comme ça, qui ont été posée, les mauvaises tours quoi! Non, ce sont des bonnes tours, vivantes, presque agricoles. Je vous ai écouté, jusqu’au bout, sans à priori et c’était intéressant. Et il fallait donc que j’aille voir.

    Je suis allé voir. Les panneaux explicatifs et puis…..la maquette. Et là, dois-je le dire, j’ai eu peur. J’ai vu sur cette maquette ce que représentent deux tours de 180 mètres de haut. Et l’image fut pour moi assez effrayante (je ne choisis pas ce mot par hasard). C’est démentiel, inhumain, écrasant. Et ce n’est que la maquette. Je me suis fait une représentation de ce que cela donnera dans la réalité. Ce n’est pas imaginable. 2 tours Montparnasse (à quelques mètres près).

    Qu’est ce qui justifie un tel engouement pour ce gigantisme ? La Défense n’est pas si loin et après tout, c’est sa vocation d’être un quartier d’affaire. Laissons-lui cette compétence, les projets de très hautes tours n’y manquent pas. Pourquoi les imiter?

    Vous allez me parler de la nécessaire densification pour éviter l’étalement urbain, voulu par le schéma directeur de la région Ile de France (SDRIF). Densification ne veut pas dire déshumanisation. Nous pouvons vivre dans des zones denses mais nous ne pouvons pas vivre humainement en essayant d’échapper constamment à l’ombre portée.

    Et puis, le concept de tour environnemental que vous nous présentez n’est pas la réalité. Tout simplement parce que cela n’existe pas. Nous n’avons pas la technologie pour réaliser des immeubles de grande hauteur écologiquement viable, ça n’existe pas. Et vous le savez très bien.

    Monsieur le Député-Maire, votre collègue Balkany vient de renoncer à un projet de tours de grande envergure, car la population a dit stop. Elle a enfin été entendue. Écoutez donc vos administrés qui, comme moi, veulent vivre dans une Issy-les-Moulineaux à échelle humaine. Écoutez-nous !

    Arnaud GHARBI

  3. reactor dit :

    C’est de la folie furieuse.
    Santini a perdu la raison.

  4. Shahine dit :

    La tour « Atypik » de Bouygues Immobilier située sur le Quai Stalingrad (centre de tri postal)

    http://www.trouver-un-logement-neuf.com/immobilier-neuf/vps_paris-programme-36676.html

  5. PETITS VEINARDS ! dit :

    Sur le terrain du Tri Postal, ATYPIK est en vente depuis le 14 octobre.
    Une tourette de 18 étages, « très abordable » (7 500 euros/m2 selon le Parisien). Certains appartements auront de « magnifiques vues sur Paris » (selon la pub du promoteur).
    Mais il va falloir qu’ils se dépêchent d’en profiter de cette vue, les petits veinards ! Car d’ici peu ils ne verront plus que les trois énormes mastodontes de 200 m de haut que la municipalité s’apprête à leur construire sous le nez, justement devant Paris !!!
    Hé oui, à Issy c’est comme ça ! Pousse toi de la que je m’y mette ! Et c’est le dernier venu qui l’emporte ! On vous vend la vue, on vous vend l’espace à prix d’or, et après on vous bétonne tout et mais on vous laisse vos yeux pour pleurer, et on vous explique que densification oblige…

  6. Benoit dit :

    J’habite Issy depuis plus de 20 ans. J’ai assisté a son developpement et je pense qu’il faut maintenant dire stop.

    Il faut garder une ville de taille humaine. Pas de tour de 200 mètres SVP.

    Benoit

  7. BARDOU dit :

    Bien perçues, les tours??? Mais qui veut nous faire prendre des vessies pour des lanternes à Bétonville??
    ON N’EN VEUT PAS, DE CES TOURS !!!!!!!!!!!!!!!

    Dans le parisien du 24/10 on peut lire :

    LE PROJET DE TOURS EST PLUTOT BIEN PERCU
    Alors que l’enquête publique sur le projet de tours au pont d’Issy débute lundi, les habitants sont invités à venir découvrir les détails de cette vaste opération d’urbanisme au centre administratif*. Elle présente une maquette et des panneaux pour expliquer le contexte, le calendrier des procédures, le site concerné, l’emprise au sol ou encore les aspects environnementaux liés aux trois tours qui devraient pousser à l’horizon 2018.
    Et il semble que la perspective de ces gratte-ciel soit plutôt bien accueillie par les habitants. « Les visuels sont intéressants, cela donne une image encore plus moderne de la ville, estiment Pierre-Gilles et Rémine, un couple d’Isséens, en découvrant le projet. Nous habitons à quelques centaines de mètres du pont et c’est vrai que le site se prête bien à ce type d’aménagement. Cela fait vingt-huit ans que nous vivons à Issy, nous avons vu la ville se métamorphoser! »

    Désenclaver et moderniser

    Une trentaine d’années, c’est justement l’âge des immeubles du pont d’Issy, tels les anciens bureaux du journal « l’Equipe ». Une zone que la municipalité souhaite désenclaver et moderniser avec ce projet. Mais avant, la ville doit faire évoluer son PLU (plan local d’urbanisme), et surtout faire accepter l’idée des tours.

    « Nous sommes tout à fait favorables à l’aménagement de cette zone, souligne Jean-Marc Brison, président de l’association Actevi, particulièrement présente sur les questions d’urbanisme. Mais nous avons des interrogations sur le fait de construire trois tours (près de 230000 m2 de bureaux), alors qu’à Issy le mètre carré est de plus en plus cher et que les entreprises vont finir par quitter la ville. » L’association préférait plus de mixité avec davantage de logements (13500 m2, dont 25% de logements sociaux) et attend aussi des précisions sur la hauteur des tours. Car si l’exposition définit bien les périmètres, les ambiances urbaines et le plan de déplacement, la hauteur des édifices n’est pas écrite noir sur blanc. Il semble même que le principe de trois tours ne soit pas inscrit dans le marbre. Seuls deux cabinets d’architectes ont été désignés : Loci Anima pour l’îlot A, terrain appartenant à une filiale du groupe Axa, et Jean-Paul Viguier pour l’îlot B2, terrain appartenant au Crédit agricole. Quant à l’îlot B1, terrain appartenant à GCI et sur lequel se situe aujourd’hui le siège d’Yves Rocher, le lauréat du concours n’est pas encore connu. « Pour une fois, la municipalité ne présente pas un projet ficelé auquel on ne peut pas toucher, souligne d’ailleurs Jean-Marc Brison. Les délais sont courts, mais on peut toujours apporter des améliorations. »

    * Jusqu’au 3 décembre au centre administratif (2 e étage), 47, rue du Général-Leclerc.

  8. Arnaud G dit :

    Réponse à ma lettre ouverte de Monsieur Provot, maire-adjoint délégué à l’urbanisme:

    Monsieur,

    Moi aussi, je vous ai lu et je vous ai écouté.

    Je vous ai lu et je vous remercie du compte-rendu objectif que vous faites de la réunion publique du 6 octobre. Je vous remercie de souligner, notamment, la qualité des explications fournies et celle du débat qui les a suivi. Je vous remercie aussi d’avoir fait la démarche de vous informer avant de prendre position.

    Je vous ai lu et moi aussi je n’ai pas voulu m’embarrasser d’a priori en vous lisant. J’ai voulu croire à l’honnêteté de votre démarche, dépourvue de préjugés.

    Je vous ai lu et pourtant je ne peux m’empêcher de penser qu’évoquer les tours Montparnasse pour désigner le projet du Pont d’Issy, c’est déjà prendre un parti contre le projet alors même qu’il vous a été expliqué que son contre-modèle, ce sont précisément les tours sur dalle qui ont été les erreurs du passé. De même je ne peux m’empêcher de penser que parler de déshumanisation en parlant de la politique de densification conduite par la ville, c’est déjà la caricaturer de façon partiale et, à vrai dire, être très éloigné de la réalité du terrain : les nouveaux quartiers créés depuis quelques années sont tout sauf déshumanisés. Nous avons au contraire créé une nouvelle convivialité, des nouveaux espaces de circulation, de nouveaux équipements, espaces verts, là où il n’y avait plus rien. Doit-on vous rappeler ce qu’il y avait à la place des équipements publics (école, crèche, médiathèque, gymnase) de la ZAC des Chartreux par exemple ou sur l’emplacement de l’éco-quartier des Bords de Seine, deux quartiers aujourd’hui irrigués par le T2 ? Des friches industrielles sales, des espaces propices à l’insécurité, des sites impénétrables, des usines à bout de souffle ?

    Je vous ai lu et je ne peux qu’être frappé par votre indifférence aux explications pertinentes, argumentées sur les questions de performance énergétique des bâtiments, avancées par des architectes et des bureaux d’études pourtant unanimement appréciés pour leur compétence.

    Je vous ai lu et je vous ai écouté lors de la réunion publique sur la tour triangle dire en vérité votre opposition de principe aux constructions en hauteur. C’est dommage.

    Nous croyons, nous, que la ville durable est une ville dense et c’est ce que croient les gens de bonne foi , toutes opinions politiques confondues, qui connaissent les enjeux de l’urbanisme. François BAYROU vous invite souvent à dépasser vos schémas de pensée, à sortir des idées préconçues, à abandonner vos certitudes, à tendre la main. Laissez-vous aller à cette invitation lorsqu’il s’agit d’urbanisme !

    Une maquette seule ne doit pas orienter votre opinion ou justifier vos préjugés.

    Nous continuons la concertation sur ce projet au sein de l’atelier d’urbanisme et de développement durable dans un climat constructif. Ne laissez pas le Modem que vous représentez, s’enfermer, seul, dans une opposition stérile. Profitez de l’enquête qui s’ouvre pour suggérer des améliorations toujours possibles, pour proposer des animations dans la halle que nous sauvegardons, pour nous aider à imaginer ce quartier demain.

    Je compte sur vous, sur votre objectivité, sur votre volonté d’avancer ensemble sur ce dossier.

    Christophe PROVOT
    Maire-adjoint délégué à l’urbanisme

    Écrit par : provot | 29 octobre 2011

  9. Arnaud G dit :

    ma réponse à Monsieur Provot:

    Monsieur le Maire-adjoint,

    Je vous remercie de l’attention que vous avez porté à ma lettre. J’entends, ou plutôt je lis vos arguments et les réalisations en termes d’urbanisme que la majorité municipale a fait ces dernières années. Je peux être en accord avec certains aspects de ces projets et en désaccord avec d’autres. Mais il ne s’agit pas ici de parler de la globalité des projets mais d’un seul, celui de la ZAC Pont d’Issy.

    Je suis heureux de voir à cette occasion que vous suivez François Bayrou. Le chemin qu’il propose est entre autres, celui d’une politique constructive et d’écoute mutuelle. Les élus du MoDem à Issy-les-Moulineaux suivent cette voie en toute indépendance. Ils ont fait preuve ces trois dernières années de pragmatisme face aux projets de la municipalité, y compris en matière d’urbanisme. Il n’y a aucun dogmatisme dans notre « schéma de pensée ». Lorsque les projets sont bons nous le disons et nous l’écrivons sur les registres. Mais lorsqu’ils ne nous paraissent pas pertinents, nous le disons aussi.
    Je constate avec regret que vous caricaturez mon propos et que vous remettez en cause l’honnêteté de ma démarche. Permettez donc quelques précisions :

    - Dans ma lettre je n’ai jamais dit, que j’avais une opposition de principe aux tours. Au MoDem d’Issy, nous connaissons comme vous les enjeux. Oui, il faut éviter l’étalement urbain. Oui, il faut faire en sorte que les projets de développement de quartiers soient financés par du partenariat public-privé et par le développement d’une activité économique au sein de la ville. Mais cela ne doit pas se faire au détriment des isséens. Des tours de bureaux à cet endroit ? Pourquoi pas. Mais pas de 180 mètres de haut ! Je suis sur que le seuil de rentabilité pour la ville se situe à des hauteurs bien moindre. Le principe de densification ne doit pas être l’occasion d’une course à la hauteur et d’un gigantisme qui ne se justifie pas.

    - Vous prenez aussi l’exemple de mon intervention sur la Tour Triangle pour donner le sentiment que je suis contre tous les projets de tour. Encore une fois, vous vous trompez, je suis contre les projets mal pensés, incohérents et non concertés, dont on peut facilement identifier les impacts qu’ils auront sur Issy en terme de circulation et de saturation des transports. Je connais, Monsieur Provot, votre bienveillance envers le projet Triangle. Je ne la partage pas car je ne comprends pas la logique qui consiste à réhabiliter le parc des Expositions après avoir construit cette tour, cela me parait un non-sens. Celle-ci pourrait très bien trouver sa place après l’étude globale de la requalification du parc. Vous voyez que je ne suis pas si obtus.

    - Savez-vous que si les projets principaux (ZAC Pont d’Issy, Tour Triangle, ministère de la Défense) aboutissent en l’état, c’est l’arrivée 25 000 personnes sur un périmètre de 1,5 km² qui sera attendue, soit une densification de 17000 personnes au km². Ce chiffre ne comprend pas les visiteurs des grands salons (75 000 à 80 000/jour pour le salon de l’agriculture), ni le nombre d’habitants déjà présents. Est-ce cela une ville humaine à laquelle vous contribuez ?

    - L’évocation que je fais de la tour Montparnasse permet de situer simplement la taille des tours proposées : « trois gratte-ciel » (le Parisien du 6 octobre 2011). Ce n’est pas soutenable.
    -Vous parlez de ma supposée « indifférence » devant les arguments environnementaux.
    J’ai entendu ces arguments, mais vous savez comme moi que nous sommes loin du compte en matière de tours environnementales. La technologie verte n’est pas aujourd’hui adaptée à ces immeubles de grande hauteur et cela se comprend très facilement. Je ne conteste pas le fait qu’il puisse y avoir des améliorations par rapport à des tours d’anciennes générations. Mais présenter ces tours comme véritablement environnementales je ne trouve pas cela très honnête.

    Vous voyez bien que je ne rentre pas, dans une opposition stérile. J’affirme une position de citoyen qui s’engage et qui souhaite une ville à taille humaine. Encore une fois, je trouve certains aspects du projet intéressants car ils amèneront de la vie dans ce quartier. Comme vous m’invitez à le faire, j’apporterai mes observations sur le registre d’enquête publique. J’espère que de votre coté, vous saurez entendre les isséennes et isséens, qui comme moi, veulent une ville apaisée et humanisée.

    Veuillez agréer, Monsieur le maire-adjoint, l’expression de mes salutations distinguées.

    Arnaud GHARBI
    Citoyen isséen

  10. Chevreux Dominique dit :

    Bonjour,

    Pour moi, c’est simple. Je suis farouchement contre tous les projets qui bétonnent un maximum un environnement.
    Je ne suis pas contre la modernité mais il faut garder une part de raisonnable.

    Santini est devenu sans nul doute un pharaon local, de ce fait, il se donne maintenant des pouvoirs incontrôlés.
    J’habite aux Epinettes, vous savez, « le château fort » construit en 1977/78 & constitué de 8 tours dominant la ville. Au début des années 1980, Mr Santini, nouveau Maire d’Issy m’avait dit: « Si j’avais été Maire lors du projet de construction de ces immeubles, jamais je n’aurais donné mon accord » – J’avais cru naïvement à cette époque qu’il n’aurait pas bétonné le site parce que soucieux de l’environnement. Maintenant, je sais que ce n’est pas du tout pour cette raison là, mais plutôt parce que cet ensemble était dédié à l’arrivée massive d’une population de « travailleurs » (à l’époque: 1% locatif) – et pour preuve, il avait vu juste sur ce point car on a ici un des rares bureau de vote d’Issy qui sort souvent des résultats en sa défaveur. Nous, ici aux Epinettes, on connait l’environnement béton et ses conséquences !

    Ce projet « Les Tours du Pont d’Issy » n’accueillent pas les travailleurs. On en veut pas à Issy ! On veut du beau et spectaculaire béton dédié à l’aura d’Issy !

    Il devrait exister une loi qui imposerait à toute municipalité de faire un référendum auprès de la population pour savoir si elle accepte ou non de tel projet, préalablement correctement débattu et concerté ! comme en Suisse.
    Ca, c’est de la vraie démocratie !

    Un petit rappel ! la dictature, c’est « ferme ta gueule » , la démocratie française, c’est « cause toujours »

    Bien à vous et bon courage.

    Amicalement.

Laisser un commentaire

 

association Tafedna pour le... |
La Tour de Merlin |
leroy vous donne la bien ve... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Association Itineraire Sud
| Area 51'est
| Association D'Char