PHOTOS D’UN MASSACRE … INDIGNONS NOUS !

Posté par touchepasamonciel le 5 février 2011

La municipalité d’ Issy laisse dévaster un site exceptionnel d’Issy par un promoteur immobilier.

Comme vous pouvez malheureusement le voir sur les photos, de nombreux arbres de la propriété située à l’entrée du parc Henri Barbusse viennent d’être abattus, alors même que des recours en légalité contre le projet du promoteur sont en cours.

LE SITE AVANT …

le site Barbusse Tariel avant le massacre PHOTOS D'UN MASSACRE ... INDIGNONS NOUS ! dans informations generales barbusse-Tariel_avant_massacre_2

ET APRES … LE MASSACRE !

massacre barbusse-tariel massacre barbusse-tariel
massacre barbusse-tariel massacre barbusse-tariel

La municipalité a manqué de nombreuses possibilités d’éviter ce massacre :

- Au moment de la vente, la mairie pouvait préempter cette propriété (et la propriété voisine) pour la protéger et agrandir le parc Henri-Barbusse très étroit à cet endroit. Cela était tout à fait possible juridiquement et financièrement* mais n’a malheureusement pas été fait par nos élus qui prétendent pourtant sauvegarder et même développer les espaces verts !

- Ensuite, en accordant successivement deux permis de construire dont la légalité est plus que contestable et qui font l’objet de recours en cours d’instruction. Sans trop rentrer dans les détails juridiques, il faut savoir notamment que :

- le promoteur astucieux cherche à profiter d’une imprécision du plan local d’urbanisme d’Issy qui sur la problématique de l’alignement et contrairement à la jurisprudence, confond « domaine public routier » et « domaine public » . Le promoteur tente d’en profiter pour construire au ras du parc sans la contrainte d’un coefficient d’occupation des sols. La mairie laisse faire alors même qu’il s’agit d’une zone pavillonnaire où les fonds de parcelle sont protégés !

- le promoteur n’a pas mentionné dans la demande de permis, tous les arbres destinés à être abattus !

- le projet immobilier pollue la percée visuelle protégée par le plan d’aménagement et de développement durable de la Ville (PADD) allant de Mairie d’Issy vers le parc Henri Barbusse. Là encore, la mairie laisse faire, sacrifiant comme à son habitude l’intérêt général au profit de celui des promoteurs ! …

Tous les isséens sont concernés car il s’agit de protéger le patrimoine et les espaces verts de la Ville. En effet, par contagion, si on laisse faire cette opération, à terme tous les jardins qui jouxtent les parcs d’Issy seront massacrés et remplacés par des rangées ininterrompues de hauts immeubles.

* La mairie a acheté un terrain pour un montant de 5 millions d’euros pour le revendre un euro symbolique en vue de la construction d’une école du barreau. Elle est donc disposée à utiliser les ressources de la ville dans certains cas ( sans que l’intérêt de ses habitants soit forcément respecté puisqu’elle aurait pu conserver la propriété du terrain en proposant simplement un bail emphytéotique) mais ne fait guère d’effort pour l’environnement et le patrimoine !

21 Réponses à “PHOTOS D’UN MASSACRE … INDIGNONS NOUS !”

1 2
  1. Okan Germiyan dit :

    Un scandale, à croire que nos arbres sont décidément si mal aimés dans notre Ville !

    Exigeons que la Mairie remette le promoteur à sa place et que les arbres soient replantés au frais du promoteur : celui qui casse doit payer !

  2. Michel dit :

    La municipalité livre la ville aux promoteurs bétonneurs qui le lui rendent bien en payant des pages et des pages de publicité dans la revue politique du Maire (Dialogues)

    Il s’en tirerait drolement bien le promoteur (et le Maire aussi ) s’il n’avait qu’a replanter des arbres avec une simple semonce de la Mairie !!!!

  3. Jacques M. dit :

    Je viens d’en parler chez le boulanger avec plusieurs personnes et tous disaient en avoir vraiment assez de ce favoritisme des promoteurs.

  4. FD dit :

    Effectivement scandaleuse cette course au profits particuliers au détriment du bien commun d’une ville chroniquement , et de plus en plus,asphyxiée.
    Actevie peut-elle entreprendre quelque chose ?

  5. Ci-dessous quelques commentaires reçus par ACTEVI. On sent au delà de l’indignation la volonté d’agir :

    Bonjour , merci pour votre mail d alerte.

    Que peut on faire pour agir contre ça ?

    Cordialement

    C D

    ———————

    Oui, c’est vraiment indigne et désolant.

    P.P.

    ——————————–

    Face à ce constat désolant que peut-on faire légalement (à part s’indigner)?

    Bien amicalement.

    M. R .

    ——————————–

    Bonjour,

    Je prends connaissance de votre envoi, effectivement je pense que la fin de règne de Mr Santini n’est pas brillante…

    existe-t-il une pétition où un espace pour s’exprimer contre cette nouvelle exploitation de la nature par le fric et le pouvoir ou doit-on faire de manière individuelle un courrier et à qui ?

    Bien cordialement

    P .B

    —————————

    Bonjour,

    Oui je l’ai constaté hier avec tristesse.

    Je fais passer l’info à toutes mes connaissances!

    Cordialement,

    C.B.

  6. G.N. dit :

    Bonjour et merci pour votre message.
    Monsieur le maire doit se sentir comme un gosse à qui on a laissé tout faire dans la commune pendant 30 ans et à qui on veut donner un jour des limites.

    Depuis 1982 le trafic autour des arbres et les massacres ont toujours été pratiqués dans la commune impunément et dans l’indifference générale; souvent même à grands coûts de propagande dans le canard local nous présentant M Santini comme LE SAUVEUR des arbres arrachés (voir les Point d’Appui concernés).
    Il en a été ainsi pour la quarantaine de tilleuls centenaires sacrifiés pour faire place au parking de la mairie et sauvés par monsieur Santini qui les avait fait déplacer en bas des tours infernales face au cimitière des hauts d’Issy. Tout le monde peut aujourd’hui aller vérifier ce qui reste de ces arbres et de leur sauvetage médiatique.

    Il avait été plus discret pour le massacre de l’ensemble de ces jeunes et vigoureux sorbiers des oiseaux qui ornaient de leurs belles grappes de fruits orange et de leur écorce brillante les deux cotés de la rue Tariel. Ils avaient été sacrifiés pour faire place à une espèce banale nécessitant au moins deux coupes annuelles afin de garantir une belle rente future pour les petits copains. C’est uniquement dans cette optique que tous les arbres à pousse lente sont remplacés de plus en plus par des arbres à pousse rapide.

  7. C.M. dit :

    bonjour

    je suis scandalisée pour l’abattage des arbres,et la construction de logements,qui hélas va dénaturer le site

    je ne comprend pas que Mr le maire ait pu laisser les prometeurs envahir le paysage?

    j’espère également qu’ils ne vont pas détruire la magnifique résidence? cela serait dommage

    que faire ?

  8. Avis aux riverains dit :

    un courrier du maire, distribué dans l’urgence le 9 février 2011 à certains riverains du massacre précise :

     » … je tiens à vous confirmer que la volonté de la ville est bien de conserver un équilibre entre l’habitat collectif et l’habitat individuel, de PRESERVER LES ESPACES VERTS, même privés, et enfin, de LIMITER DANS CERTAINS QUARTIERS LA CONSTRUCTION D’IMMEUBLE »…….

    Or c’est justement ce contre quoi s’insurgent tous les jours les isséens, de plus en plus nombreux à s’indigner de la bétonnisation de la ville et la disparition programmé par la municipalité du moindre espace vert.

    On croit marcher sur la tête, mais il est vrai que tous ces dirigeants incrustés sur place depuis 30 ans ou plus avaient tendance à faire gober des couleuvres à leurs administrés. L’actualité semble nous prouver que les choses peuvent changer…

  9. Voici pour information

    Le message d’un isséen :

    Bonjour,

    Pour information, je suis allé dimanche dernier à un spectacle à la maison du Val de Seine et, à la sortie, j’ai eu la surprise de me trouver nez-à-nez avec notre Maire.
    Ayant un webphone, je lui ai montré votre mail et les photos des arbres déracinés. Il m’a répondu calmement qu’en fait le promoteur en arrachait 5 pour en replanter 4. Je lui ai ensuite fait remarquer que des recours avaient été déposés contre le permis de construire et, qu’en toute rigueur, le promoteur aurait dû attendre le résultat de ces recours. Il m’a répondu que la Mairie avait regardé attentivement le permis de construire et que ses services avaient conclu qu’il était légal. Enfin, je lui ai rappelé que la parcelle était classée dans une zone pavillonnaire et que le promoteur avait l’intention de construire des immeubles de plusieurs étages. Il m’a affirmé que les immeubles seraient de petite taille. Ne connaissant pas les projets exacts du promoteur, je n’ai pas pu le questionner plus avant.

    Cordialement,
    P.C

    et la réponse d’Actevi :

    Merci pour ces infos. Votre démarche visant à recueillir avec objectivité les différents points de vue est bonne, intéressante et constructive.

    Voici nos commentaires sur les réponses que vous avez obtenues :

    1- Sur la base d’un constat d’huissier il a été dénombré plus du double d’arbres réellement existants par rapport aux arbres déclarés par le promoteur. Le ratio est donc beaucoup plus défavorable que celui (5 arbres abattus pour 4 remplacés) qu’on vous a indiqué. De plus, la réalité va au delà de la simple arithmétique : par exemple, si l’on remplace un érable planté en pleine terre par un pommier à fleurs planté sur dalle, ce n’est pas la même chose ! Enfin, l’essentiel dans cette affaire, c’est que plusieurs centaines de m2 d’espaces verts historiques sont sacrifiés.

    2- Notre Maire s’abrite derrière un « avis de ses services sur la légalité du projet » tout en sachant que celle ci fait l’objet de recours argumentés en cours d’instruction par le tribunal administratif. Il est vraiment regrettable qu’il refuse de protéger ce site exceptionnel de sa (notre) Ville alors même que le Code de l’Urbanisme donne au Maire dans la procédure d’attribution des permis de construire, des marges d’appréciation qu’il pourrait très bien utiliser compte tenu de l’incompatibilté du projet avec les objectifs du PLU (zone pavillonnaire, fonds de parcelle protégés, …) et du PADD (pollution d’une percée visuelle protégée, atteinte aux coteaux boisés de la ville…). Cela a malheureusement incité le promoteur à mener une politique du fait accompli avec les dégâts que l’on connait.

    3- Quant à la « petite taille » de la construction nous vous laissons juger en consultant le plan du projet : http://www.actevi.fr/lists/documents/esquisse_projet_immobilier_barbusse_tariel.jpg

    Bien cordialement,
    L’équipe ACTEVI

  10. GEVA dit :

    Dans sa lettre du 8 février 2011 distribuée en catastrophe aux riverains du chantier de la rue Tariel, le Maire, qui semble s’inquiéter, écrit : « Vous connaissez mon attachement à la préservation des espaces verts et à votre environnement ». Et bien non : habitant la commune depuis 27 ans, je ne connaissais pas ce penchant de notre Maire qui s’est plus fait connaître, au plan local comme national, par son attachement pour les promoteurs et le béton que pour ses réalisations en matière d’espaces verts. Le projet de la rue Tariel en est la brillante démonstration. On pourrait également citer le quartier du Fort dont l’aménagement des 12 hectares aurait pu être l’occasion de doter la commune d’un espace unique pour la promenade, les loisirs, la détente… comme beaucoup d’Isséens le souhaitaient et qui fait finalement l’objet d’une gigantesque et juteuse promotion immobilière. Depuis 20 ans, 160 hectares de la surface utile de la ville ont changé de destination (Source VAL DE SEINE VERT) ce qui permettait de réaliser plusieurs espaces verts dignes de ce nom, mais la priorité a été accordée à la construction de bureaux et immeubles de standing. Il ne faut donc pas s’étonner qu’avec environ 7 m² d’espaces verts par habitant, la ville soit l’une des plus mal lotie du département dans ce domaine puisqu’elle se classe en 21ème position sur 32 communes. Ce résultat est donc loin d’être l’un des meilleurs taux du département comme voudrait nous le faire croire la revue POINT d’APPUI (numéros 438 et 439) et ce malgré le grand « attachement à la préservation des espaces verts et à notre environnement » revendiqué par notre maire.

  11. reactor dit :

    En 2011, et en France, cet acte est scandaleux et la position du Maire est inacceptable.

    Dans le meilleur des cas, M. le maire n’a rien compris non seulement à l’importance des espaces verts, mais non plus aux défis vitaux auxquels nous sommes confrontés par la mise en danger de notre environnement, dans le pire, il n’en à rien à faire et se moque des isséen.

    Un constat peu brillant pour M. Santini.

  12. André Santini dit :

    Mon attention a été attirée par votre article pour le moins imprécis, voire tendancieux, concernant la coupe de quelques arbres sur le terrain situé au 36 rue Henri Tariel.

    Vous connaissez mon attachement à la préservation des espaces verts et à l’environnement c’est pourquoi je tiens à préciser que, dès informée de la vente de cette propriété, la Ville avait examiné les modalités d’une éventuelle préemption, et ce, dans le seul but de préserver cet endroit et votre voisinage.

    Malheureusement, il n’a pas été possible pour la Ville de procéder à cette opération de sauvegarde, les conditions légales étant particulièrement restrictives (projet d’intérêt général existant à la date de la préemption impliquant un rachat des biens immobiliers ou une construction).

    Toujours soucieux de protéger le quartier, j’ai alors marqué mon opposition aux premières esquisses proposées par le promoteur (trop grande densification du site, absence de garanties quant à l’intégrité de la demeure, préservation des arbres classés par le Département…).

    Le 29 février 2008, la société BATITERRE déposait un permis de construire pour un projet de construction d’un immeuble de 29 logements et une maison de ville, et ce tout en conservant en l’état la maison de maître (qu’il souhaitait revendre sans travaux).

    J’ai ensuite décidé qu’une réunion publique se tienne pendant la procédure d’instruction. A la suite de celle-ci, le projet a, toujours à ma demande, été modifié pour réduire encore l’impact des bâtiments et pour préserver davantage les percées visuelles entre le parc et la rue.

    Une dernière intervention de mes services auprès du promoteur a été faite pour qu’il diminue une fois encore son projet et ses prétentions.

    Enfin, un nouveau permis de construire a été délivré pour la construction de 6 pavillons beaucoup moins denses et moins hauts que ce qui avait été autorisé auparavant. Il faut souligner que la maison historique sur ce terrain est protégée par le PLU (plan local d’urbanisme) de la Ville depuis 2005 et ne peut être démolie ! Nous avions anticipé.

    Afin de construire ces pavillons, 6 arbres ont été abattus. Sachez qu’ils seront remplacés par 4 nouveaux arbres à hautes tiges adultes et une succession d’arbustes et de haies vives le long du parc.

    Je comprends tout à fait que l’opération projetée puisse inquiéter certains, mais il est logiquement très difficile d’interdire aux propriétaires de vendre leur terrain à des promoteurs. C’est une règle qui protège le droit de propriété privée.

    D’une manière générale, je tiens à vous confirmer que la volonté de la ville est bien de conserver un équilibre entre l’habitat collectif et l’habitat individuel, de préserver les espaces verts, même privés, et enfin, de limiter dans certains quartiers la construction d’immeubles.

    Vous le voyez, la situation n’est pas aussi simple que vous pouvez le prétendre et la Ville a été et reste particulièrement vigilante à l’évolution actuelle de ce terrain et de la maison qui l’occupe.

    André SANTINI
    Ancien Ministre
    Député-Maire d’Issy-les-Moulineaux

1 2

Laisser un commentaire

 

association Tafedna pour le... |
La Tour de Merlin |
leroy vous donne la bien ve... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Association Itineraire Sud
| Area 51'est
| Association D'Char