ACTEVI … Touche pas à mon ciel


  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2011

Un aménagement global du centre ville, pensé et concerté ?

Enfin une  bonne nouvelle pour le centre ville, la charcuterie située à l’angle des rues du Général  Leclerc et  Jean Jaurès vient d’ouvrir à nouveau. On ne peut que se réjouir que la municipalité ait utilisé son droit de préemption et réussi à obtenir un candidat à la reprise de cette boutique. En outre, deux marchands  de fruits et légumes viennent de s’installer l’un, rue Victor Cresson, l’autre, rue de la République sur la place de la mairie. Par ailleurs, une bonne partie des arbres arrachés sont remplacés rue Victor Cresson et boulevard Galliéni.

Le centre ville est le cœur vivant de la ville et tout ce qui vient renforcer ce centre contribue à la qualité de vie des isséens. Il est donc important de s’interroger sur ce que nous attendons  d’un centre ville. La définition géographique de ce centre pourrait être précisée quoique les limites soient difficiles à déterminer exactement. Mais il est clair que ce secteur central,  rassemblant dans un rayon limité des services variés et de qualité à la disposition des habitants a une identité indéniable, reconnaissable.
Le centre ville  rassemble  des services nombreux, administratifs, culturels ou de loisirs. Citons notamment la mairie et son annexe, le conservatoire, la médiathèque, le PACI, le palais des sports, le musée, la poste….mais aussi des moyens de transports, métro et bus.
La distance entre ces services est de quelques centaines de mètres tout au plus. Il s’agit de trajets qui devraient être conçus pour s’effectuer uniquement à pied.
Or on constate des liaisons malcommodes, sur un espace où prédomine la voiture et où le piéton est trop souvent bousculé : trottoirs étroits où deux poussettes ne peuvent se croiser, marqués des cicatrices des travaux successifs de voirie et donc avec des petites dénivellations plus ou moins importantes  quand ils ne sont pas en travaux, sans compter ni les nombreux poteaux et bornes en béton, ni les motos et vélos que l’on y gare si fréquemment faute de parkings adaptés en nombre suffisant. Ne parlons pas des déjections canines encore très fréquentes, ni des poubelles qui encombrent le passage à des heures indues.

Un projet ambitieux pourrait transformer ce secteur :
-         A l’aide d’une zone piétonne où les trottoirs disparaîtraient, même si une ou parfois deux voies étaient maintenues pour la circulation automobile,
-         Par une zone 30, dont il conviendrait de fixer les contours,
-         Par l’aménagement de cheminements piétonniers de promenade et non plus seulement de nécessité.

Cette proposition, dans sa simplicité, implique une réflexion très poussée sur l’aménagement global de la zone. Une telle transformation nécessite en effet de prévoir des parkings en nombre suffisant en périphérie, tant pour les voitures que les motos (souterrains ou en hauteur sous forme d’immeuble de quelques étages ?). A l’intérieur de la zone devront être définis les principaux axes de circulation des piétons et des bicyclettes, entre les services ci-dessus rappelés et les possibilités de réalisations  de bordures végétales ou verdure sous forme de haies, de places, de squares ou plus si possible.
Une réflexion et une concertation la plus large possible doivent donc présider à l’élaboration  d’un cahier des charges permettant à des spécialistes, urbanistes ou architectes, de mettre en forme ce projet. Cet aménagement du centre pourrait être complété en direction des quartiers voisins. Regrettons au passage que la rue Rouget de Lisle n’ait pas conservé ses contre-allées et massifs et ait été transformée en autoroute urbaine. Il y avait à cet endroit antérieurement une liaison piétonne appréciée entre le centre ville et Val de Seine.
Une promenade pourrait relier Corentin Celton à Mairie d’ Issy et au parc Henri Barbusse en aménageant  les rues du Général-Leclerc et André-Chénier avec la reconversion de quelques places de stationnement au profit du plus grand nombre. En rêvant davantage, pourquoi ne pas marquer l’unité de la ville par un aménagement harmonisé de promenades sur des axes choisis à cet effet ? Et les commerces direz-vous ? Les commerces déjà en place bénéficieront de ces aménagements. Il faudra réfléchir aux moyens d’attirer d’autres commerces de proximité.

Lors de sa dernière Assemblée Générale, les membres de l’association ACTEVI ont fait une priorité de cette réflexion sur le Centre Ville  au delà du seul devenir de la ZAC Cœur de Ville. Si un aménagement du terrain, anciennement dit « du CNET » doit être réalisé, il faudrait l’intégrer au projet d’ensemble, comme une opportunité pour équilibrer le centre ville, pallier ses lacunes, lui donner une âme et en particulier marquer son caractère piétonnier. En outre, il faut absolument éviter que la ZAC Centre Ville (à ne pas confondre avec la ZAC Cœur de Ville)  soit uniquement un service de préemption au profit de promoteurs immobiliers. Le droit de préemption pourrait permettre la réalisation de parkings, d’espaces verts et d’autres aménagements d’intérêt général.

L’aménagement d’un centre ville peut être réalisé dès maintenant dans le cadre d’un projet concerté avec les habitants. Au vu de la concentration sans cesse plus importante de la population à Issy, et de la dégradation de la qualité de vie qui en résulte, cet aménagement est  désormais une urgence…


BONNE ANNEE 2011 …

carte voeux 2011 ACTEVI


association Tafedna pour le... |
La Tour de Merlin |
leroy vous donne la bien ve... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Association Itineraire Sud
| Area 51'est
| Association D'Char